Un auteur de BD se présente à la caisse de son supermarché, mais il a oublié sa carte du magasin… commence alors une cavale où il sera poursuivi par toutes les polices du pays. Passé cet événement déclencheur pour le moins original, Fabcaro va passer en revue, page par page, via des situations et des dialogues totalement absurdes, toutes les réactions de la société face à ce qui devient une affaire nationale. Des médias aux politiques en passant par le café du commerce ou le commissariat de police, il met en évidence par le pouvoir de la vanne l’absurdité et les excès d’une société réactionnaire et hyper-médiatisée. Zaï Zaï Zaï Zaï a valu un succès inattendu à Fabrice Caro, après plusieurs bande-dessinées dans la même veine (l’hilarant Carnet du Pérou). Mais n’oublions pas les qualités principales de cet album : c’est très drôle, inventif, avec un sens de l’écriture comique redoutable et une savoureuse capacité à jouer avec la langue. Un remède à la déprime (et à la normalité).

Aux éd. Six pieds sous terre