La suite des aventures de Megg, Mogg et Owl, la sorcière, le chat et le hibou les plus dépravés et dépressifs de l’histoire de la bande-dessinée. Récompensée en 2018 à Angoulême, la série de l’australien Simon Hanselmann cultive l’art du mauvais goût, distillé par un dessin enfantin, bondissant de situations affreusement débiles et obscènes en excès de drogues et d’alcool quasiment à chaque page. Au-delà du trash, c’est un récit de la lose absolue et de la déprime la plus crasse qui est à nouveau décliné dans ce cinquième tome, où les personnages au trente-sixième dessous deviennent aussi attachants que consternants.

Aux éd. Misma éditions