Mathieu Klein

«Le travail frontalier est une chance pour la Lorraine, un formidable moteur qui contribue au renouveau économique de notre région en même temps qu’il renforce les mailles d’une Europe vécue par nos concitoyens », écrivent, fin février, Mathieu Klein, président du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle et Patrick Weiten, président du Conseil départemental de la Moselle, dans une tribune commune. Alors que le cap des 100 000 travailleurs frontaliers français au Grand-Duché sera franchi, cette année, les deux élus revendiquent « de demeurer au plan institutionnel des acteurs légitimes du dialogue entre la France et ses voisins, que nous sommes au quotidien pour les habitants dans nos territoires. Nos institutions départementales responsables de compétences décentralisées majeures, ne peuvent pas être écartées ni de la commission intergouvernementale (programmée courant mars) ni de la Grande Région Européenne ». Et cela alors que les défis à la fois économiques, de justice sociale, d’aménagement et de co-développement sont amenés se renforcer.