Rolando Villazón©-ITV-Rex

Il ne sera question que de Mozart, ou presque, le 24 octobre à la Philharmonie Luxembourg, dans le cadre d’une soirée mêlant musique et narration, en compagnie du ténor Rolando Villazón, grand admirateur du génie autrichien.

Mozart sera au cœur de toutes les attentions, le 24 octobre dans le Grand Auditorium de la Philharmonie Luxembourg. Soirée de prestige donc, où la narration se mêlera aux instruments de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, emmené cette soirée-là par la jeune cheffe française Marie Jacquot, laquelle dirige notamment, depuis mai dernier, l’Orchestre de chambre de Lausanne. Rolando Villazón endossera pour sa part le rôle de ténor et de commentateur. On ne va pas refaire la bio de ce soliste d’origine mexicaine qui a vu sa réputation prendre une envergure internationale en 2005, après sa prestation dans la Traviata au festival de Salzbourg, où il avait fait sensation aux côtés de la soprano Anna Netrebko.

Que ce touche-à-tout maîtrisant 5 langues (espagnol, italien, français, anglais et allemand) ait été désigné pour animer ce voyage musical à travers l’Europe, sur les traces du génie autrichien, n’a rien de surprenant. Qui de mieux en effet que le natif de Mexico, qui lui voue une passion sans bornes (lire autre texte), pour en parler avec maîtrise et sincérité ? Celui qui a déjà enregistré 6 opéras de l’illustre compositeur – le plus récent étant La Flûte enchantée, en attendant Idomeneo – n’a de cesse de clamer son admiration pour lui. Comme au micro de France Musique le 13 décembre 2018, où il déclarait, avec cette fougue qui le caractérise, qu’on ne pouvait rêver meilleur compagnon dans sa vie. C’est dire si la soirée du 24 octobre promet d’être passionnante, d’autant que Villazón est réputé pour sa fièvre  contagieuse. Chose certaine : la soirée sera copieuse, avec 9 pièces de Mozart au programme, mais aussi de Händel, Bach, Clementi, Boccherini et Gluck.

À noter que ces « Voyages de Mozart », qui verront aussi la participation de la soprano Regula Mühlemann et le pianiste Maximilian Kromer, ne sont que le premier des trois concerts commentés prévus dans la programmation de la Philharmonie Luxembourg. Musique et littérature croiseront leurs gammes en 2020. D’abord le 19 mars, où il sera question du mythe de Don Quichotte. Ensuite le 16 juin, où le sujet sera Les figures féminines dans la vie et l’œuvre de Mozart. Avec toujours Rolando Villazón pour servir de guide…

Les voyages de Mozart, jeudi 24 octobre, à 19h, dans le Grand Auditorium de la Philharmonie Luxembourg
www.philharmonie.lu

Mozart dans le sang

Si vous voulez faire parler Rolando Villazón, branchez-le sur Mozart. Disons que c’est un peu comme les piles Duracell, ça peut durer longtemps ! Le ténor d’origine mexicaine est intarissable sur le génie de Salzbourg, qu’il a découvert sur le tard, en 2010, lorsque le chef d’orchestre québécois Yannick Nézet-Séguin lui a proposé le rôle de Don Giovanni.

On ne sera donc pas surpris qu’il ait accepté en 2017 la direction artistique du Festival de Salzbourg, consacré depuis 1956 au célèbre compositeur, aux alentours du 27 janvier, jour de sa naissance. Rolando Villazón a scellé la programmation de ce rendez-vous phare jusqu’en 2023, année butoir de son mandat, avec à chaque fois une thématique [cuivres et bois en 2020, voix en 2021, cordes en 2022, et confrontation jeunesse et maturité en 2023]. Pour l’édition 2019, le public a eu droit à Thamos, une œuvre composée par Mozart alors qu’il avait à peine 17 ans, sur une mise en scène futuriste signée de la compagnie catalane La Fura dels Baus.

Pour Rolando Villazón, « Mozart, c’est la perfection, mais une perfection avec beaucoup d’humanité. Il y a tout chez lui : l’amour, la lumière et le triomphe de la lumière. C’est un univers de joie et de lumière qui n’exclut ni l’ombre, ni la tristesse. Un univers épicurien, parfait, presque impossible et en même temps hospitalier, où nous avons tous notre place. C’est un univers paradoxal, mathématique et plein d’émotions qui te touchent, te traversent et te prennent. C’est une architecture. »