EddyDePretto © Sonic visions-V.ducard

Le festival Sonic Visions, organisé par la Rockhal d’Esch-sur-Alzette, a d’ores et déjà annoncé les grands noms de sa programmation 2018 : on y retrouve quelques-uns des jeunes artistes les plus en vue du moment.

Sonic visions reste fidèle à son identité : mettre en avant des artistes émergents à la pointe de leur style, aussi bien en hip-hop, en musique électronique qu’en chanson. Une génération hybride qui a grandi sur le Net tout en étant influencée aussi bien par des artistes de leur âge ou ayant marqué leur époque des décennies auparavant… le parisien Eddy de Pretto, qui crève l’écran depuis la sortie de son premier EP Kid fin 2017, suivi de l’album Cure en mars dernier, en est un bon exemple : il cite Kanye West, Franck Ocean et Claude Nougaro parmi ses influences. Sa musique est à vif aussi bien que ses textes : sa production est minimaliste, une ossature sur laquelle viennent s’appuyer des textes vibrants, introspectifs, nostalgiques. Lui qui trimbale un authentique blues qu’il disperse entre chant et rap est un digne successeur de la chanson française dans sa plus pure tradition, qui évoluerait sur un son actuel et mutant. Dans son sillage immédiat, Moha La Squale est le nouveau venu qui explose les compteurs sur Youtube, où ses titres cumulent quelque 80 millions de vues. Dans le rap game, Moha reste attaché à la rue. Sa tradition à lui est celle d’un rap rugueux, agressif mais qui a des choses à dire et les dit à toute allure, les crache, les balance sur des titres qu’il a posté chaque dimanche pendant plusieurs mois sur sa page. Le tout forme un véritable livre de contes urbains à ne pas mettre entre toutes les mains, qui vient de devenir un album baptisé Bendero.

Dans un tout autre registre, la chanteuse norvégienne Sigrid Solbakk Raabe alias Sigrid atteint le succès l’an dernier, à tout juste vingt ans, avec son titre Don’t kill my vibe, récompensé par le prix Sound 2018 de la chaîne britannique BBC. Tout a commencé pour elle à 16 ans à peine dans son pays natal, où elle lance sa carrière solo avant de s’installer en Islande, où elle rayonne dans plusieurs festivals européens : après avoir participé aux grands festivals du pays tels que Reading et Glastonbury, elle vient tout juste de se produite lors de la grand-messe européenne de la pop branchée, Coachella. Citant Adele, Joni Mitchell et Neil Young parmi ses influences, Sigrid est une petite nouvelle dont la voix aux timbres changeants lui permet de surfer sur des ambiances diverses, tantôt profondes, tantôt enjouées. Il ne lui restait plus qu’à laisser son talent vocal et son allure douce et fragile captiver les foules, faisant de Sigrid une icône musicale « ready-made » des temps présents.

Angèle se décrit quant à elle comme « un croisement entre Rihanna, Lily Allen et la Schtroumpfette ». Une description pour le moins décalée qui correspond tout à fait à l’identité de la Bruxelloise, petite sœur de Roméo Elvis, qui lui aussi se caractérise par un univers bien à lui. Angèle sort de l’anonymat en deux singles, La Loi de Murphy et Je veux tes yeux, où elle nous emmène dans un quotidien traversé de pensées, d’illusions, de fantasmes : dans l’esprit d’Angèle se dresse un petit théâtre où elle joue en musique une existence entre rêve et banalité. Premiers soupirs, averse sur son brushing, attente amoureuse ou file d’attente à la banque sont autant de sujets abordés d’un ton envoûtant et non sans humour.

Le festival Sonic visions compte aussi sur quelques voix supplémentaires pour porter la bonne parole de la nouvelle scène européenne : le duo belge R’n’B Juicy, le post-punk de MMNQNS, la folk de l’autrichienne AVEC, l’électro de Napoleon Gold, traversée d’ambiances planantes et dansantes ou encore le rap de Maz, héritier du boom-bap des années 90… autant de nouvelles entrées à découvrir dans le répertoire de la musique d’aujourd’hui.

Festival Sonic Visions
Vendredi 16 et samedi 17 novembre
Rockhal d’Esch-sur-Alzette
www.rockhal.lu