© Droits réservés

La ville qui porte l’empreinte des Habsbourg étourdit le visiteur, qui ne sait plus où donner de la tête dans cette capitale autrichienne riche de musées et de trésors patrimoniaux. La culturelle Vienne se révèle par ailleurs très agréable à vivre, en particulier grâce à son impressionnant patrimoine végétal. Verte, et fière de l’être !

Vienne, c’est d’abord une histoire de famille. Celle des Habsbourg. La famille impériale est viscéralement liée à la capitale autrichienne, elle qui y a régné pendant 640 ans. On peut d’ailleurs admirer près de 140 tombeaux de cette illustre lignée dans la crypte située sous l’église des Capucins. Difficile de ne pas être émerveillé dans cette métropole étourdissante de près de 2 millions d’habitants, dont la richesse culturelle saute aux yeux. S’il fallait lui accoler un qualificatif, ce serait « splendide ». Un mot suspendu aux lèvres du visiteur, lequel a l’embarras du choix parmi les nombreux trésors patrimoniaux offerts aux regards. Le palais impérial de Hofburg est l’un des plus célèbres… mais aussi le plus imposant. Avec ses 2 600 pièces réparties sur 18 ailes, dont une vingtaine sont ouvertes au public, difficile de ne pas rester coi devant ce monument qui abrite en son sein de nombreux musées, dont celui dédié à l’impératrice Elisabeth, plus connue sous le surnom de Sissi, autre figure emblématique de la ville. Il y a aussi le château baroque de Schönbrunn, qui s’inspire de Versailles. Flanqué de jardins gigantesques, ce joyau classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1996 a vu passer quelques personnages marquants de l’Histoire, dont Napoléon 1er en 1809, ou le tandem Kennedy – Khrouchtchev lors d’un sommet organisé en 1961. Pour prendre la mesure de l’opulence viennoise, on peut aussi aller flâner sur la Ringstrasse (5 km environ), aussi appelé le « Ring », où se succèdent les bâtiments majestueux. L’hôtel de ville et le Parlement se dressent sur cette artère très animée jalonnée de parcs. Sans oublier le mythique Burgtheater, le plus ancien théâtre de Vienne (1888), et le 2e au niveau européen après la Comédie-Française à Paris. Si vous aimez les anecdotes, sachez qu’il s’agit du premier édifice du populaire boulevard à avoir été éclairé à la lumière électrique. Au rayon des immanquables, il ne faut pas oublier la cathédrale gothique Saint-Étienne (avec ses 13 cloches), le Belvédère, cadre de la plus belle collection d’œuvres d’art en Autriche (du Moyen Âge à nos jours), ainsi que l’immense serre à papillons, véritable chef d’œuvre de l’Art nouveau. Un régal pour les pupilles ! Plus contemporain est l’immeuble post-moderne Haas-Haus, situé en face de la cathédrale. Autrefois décriée, cette construction signée Hans Hollein constitue aujourd’hui un élément important de l’architecture locale. Un symbole dans cette agglomération où le moderne a aussi sa place.

Qui dit Vienne dit évidemment cafés ! On en trouve de nombreux dans le centre historique, et certains sont devenus de véritables institutions. Le Café Landtmann est un des plus connus, lui qui a vu défiler Sigmund Freud, Romy Schneider, Paul McCartney ou encore Marlene Dietrich depuis son création en 1873. Des haltes s’imposent aussi au Café Bellaria, au Café Central ou encore au Café Mozart, bâti en 1794. Les amateurs d’espaces verts ne seront pas en reste dans cette capitale pétrie de musique qui fut fréquentée par Beethoven, Strauss, Haydn et Mozart. Excusez du peu ! Plus de la moitié de sa surface est en effet recouverte de végétation, ce qui laisse rêveur. Le parc du Prater ou la «  jungle » de la Lobau (lire ci-dessous) sont symboliques de cette cité impériale en phase avec la nature. Un autre patrimoine à ne pas négliger.


Lobau et Prater : Vienne côté nature

© DR

Les endroits pour prendre une grosse bouffée de nature ne manquent pas dans la capitale autrichienne. Le plus surprenant d’entre eux est sans aucun doute la Lobau, surnommée « la jungle de Vienne ». Cette zone marécageuse du Danube, qui s’étend sur 2 300 hectares à l’est de la ville, a été classée biosphère par l’UNESCO. Rien de surprenant quand on jette un œil sur le patrimoine de cet écosystème faisant partie du parc national Danube-Auen, créé en 1996. La réserve naturelle abrite plus de 800 plantes, une trentaine d’espèces de mammifères et une soixantaine du côté des poissons. Reptiles et amphibiens complètent le portrait de ces paysages méconnus, auxquels on peut accéder facilement en empruntant les transports en commun. De mai à octobre, un bateau conduit également à ces lieux étonnants au départ du cœur historique de Vienne. Cerise sur le gâteau : un vaste réseau de sentiers aménagés permet la pratique de la randonnée pédestre et du vélo.

Le Prater mérite aussi une mention. Avec ses vastes prairies et ses espaces boisés, le plus grand espace vert de la métropole, ouvert en 1766, est l’endroit parfait pour se ressourcer. Promeneurs, cyclistes et coureurs à pied connaissent bien ce site enchanteur classé parmi les 10 plus beaux parcs de la planète selon le magazine Focus. Son allée centrale de près de 5 km, bordée de 2 500 arbres, a contribué à bâtir sa notoriété. C’est aussi dans ce parc d’environ 6 km2 que se dresse la grande roue, un des emblèmes de Vienne et l’une des nombreuses attractions présentes sur ce site synonyme de détente et de divertissement.