Manuel Valls était à Metz, le 29 juin. Il a été question de politique, bien entendu, mais également d’économie.

VALLS-METZ-(©-Tout-Metz-com)Quelques jours après que LornTech ait obtenu le label French Tech, plaçant ainsi la Lorraine sur la carte des références en matière de numérique, le premier ministre a profité de ce déplacement pour inaugurer le nouveau show room du CEA Tech, présent à Metz depuis 2013 (comme dans 4 autres régions). Le CEA Tech (4500 chercheurs et ingénieurs en France) a pour mission de faire émerger des technologies clés répondant aux demandes pointues des industriels, autrement dit, aider les entreprises à monter en gamme et à gagner en compétitivité. Ce show room accueille des technologies innovantes dédiées au monde de l’entreprise et tout particulièrement aux PME, PMI et autres start-up. Le concret et le pragmatisme sont de mise. « On voit ici tout le potentiel de la région en matière d’innovation. L’industrie lorraine a eu un passé glorieux, elle connaît un présent difficile et douloureux. Mais je retiens que cette région et son industrie ont de beaux jours devant elles », a indiqué Manuel Valls. Toujours au registre économique, le premier ministre a également signé le Contrat de Plan État-Région (CPER) régional qui mobilise 740 millions d’euros (contre 1 milliard pour le précédent mais pour deux ans de plus), à parité entre l’État et la Région Lorraine, sur la période 2015-2020. Enveloppe à laquelle s’ajoutent encore celle des fonds européens (800 millions d’euros) et le Pacte Lorraine, soit 300 millions d’euros de plus. Est-ce que ce Pacte justifiait de raboter le CPER ? Les débats sur ce point n’ont pas manqué. Le numérique profitera, bien entendu, de financements mais force est de constater que l’enveloppe annoncée (27 millions d’euros, dont 1,1 million de l’État) peut surprendre par sa faiblesse même si le secteur bénéficie de bien d’autres sources de financement.