© Mercedes-Benz

Dans le cadre de sa stratégie offensive sur « l’électrique », Mercedes-Benz investit 500 millions d’euros dans l’usine Smart d’HambachLe groupe mise sur l’expertise et la compétitivité du site mosellan pour produire un SUV électrique d’ici 2022.

Mercedes-Benz intensifie son offensive électrique. Pour ce faire, le groupe augmente ses capacités de production de véhicules électriques en Europe et, notamment en Moselle. En plus de la production de la smart ForTwo, l’usine de Hambach se voit confier la fabrication d’un véhicule électrique compact de la nouvelle marque de production et de technologie EQ.

À la clé, un investissement de 500 millions d’euros qui sera consacré au produit et à de nouveaux bâtiments dotés des dernières technologies pour le ferrage et la peinture. Les investissements engloberont également l’extension du montage final et l’adaptation des infrastructures du site. Tout cela est en cours compte tenu du calendrier annoncé. À partir de 2020, l’usine mosellane ne produira plus que des versions électriques de la ForTwo et un véhicule de la nouvelle gamme électrique Mercedes, en l’occurrence un SUV, y sera fabriqué d’ici 2022.

Comme l’explique la Direction de Smart Monde, la décision d’investir en Moselle est motivée par les performances du site. Primo, l’usine de Hambach qui emploie actuellement 800 salariés, a « une longue expérience en matière de production électrique ». Dès 2007 (dix ans après sa création), Smart en pionnier de l’électromobilité, en partenariat depuis 2011 avec le Département de la Moselle, a lancé sa première voiture électrique et produit depuis 2012 des véhicules électriques en série. Secundo, le site est compétitif même si son histoire n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. « La signature il y a deux ans par les coéquipiers de l’usine du Pacte 2020 a contribué à une amélioration sensible de la compétitivité du site », précise Smart Monde. Pour rappel, signé en 2016 avec les salariés de Hambach, le Pacte 2020 prévoit l’augmentation du temps de travail hebdomadaire de 35 à 39 heures et une adaptation salariale.

Si cet investissement, qui conforte la place importante que tient le Grand Est dans l’industrie automobile nationale, est énorme, Mercedes-Benz a annoncé vouloir investir 10 milliards d‘euros dans l’électrification de sa flotte et 1 milliard d’euros supplémentaires seront consacrés à la production de batteries, en quelques années seulement.

www.smartville.fr