(© DR)
L’annonce est tombée le 27 juin. A l’issue de plusieurs années d’enquête, la Commission européenne a infligé une amende record de 2,4 milliards d’euros à Google pour abus de position dominante.

« Google est à l’origine d’un grand nombre de produits et de services innovants qui ont changé notre vie, ce qui est positif. Mais sa stratégie relative à son service de comparaison de prix ne s’est pas limitée à attirer des clients en rendant son produit meilleur que celui de ses concurrents. En effet, Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son propre service de comparaison de prix dans ses résultats de recherche et en rétrogradant ceux de ses concurrents », a déclaré Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de concurrence de la Commission européenne pour justifier de l’amende record dont Google devra s’acquitter.

Le montant a de quoi faire mal : 2 ,4 milliards d’euros. Une somme qui a été calculée sur la base de la valeur des recettes que Google réalise grâce à son service de comparaison de prix dans les 13 pays de l’EEE concernés. Google dispose de 90 jours (à compter du 27 juin) pour cesser ces pratiques sans quoi le groupe sera soumis à des astreintes pouvant atteindre 5% du chiffre d’affaires moyen réalisé quotidiennement au niveau mondial par Alphabet, la société mère de Google.

La petite note pourrait même s’alourdir encore puisque la Commission rappelle que Google est « aussi passible d’actions civiles en dommages et intérêts qui peuvent être introduites devant les juridictions des États membres par toute personne ou entreprise affectée par son comportement anticoncurrentiel. La nouvelle directive de l’UE sur les actions en dommages et intérêts permet aux victimes de pratiques anticoncurrentielles d’obtenir plus facilement réparation ». Dans un communiqué, Google s’est dit « en désaccord » avec l’amende infligée par l’UE et a annoncé qu’il envisageait de faire appel. En tout cas, nul doute que la décision européenne ne va pas apaiser les relations avec les USA et son président.