Reconnue pour être la capitale de l’image, la Vosgienne Épinal s’affiche aussi comme celle de l’imaginaire. Le succès croissant de son festival Les Imaginales, dont la 14ème édition aura lieu du 28 au 31 mai, témoigne de l’engouement actuel pour l’univers de la fantasy, un genre qui a pris sa place dans la littérature généraliste.

imaginales-(©-DR)Les Imaginales d’Epinal seront de retour le 28 mai. Depuis son lancement en 2002, ce festival dédié à la littérature de l’imaginaire a connu un succès croissant, passant d’un millier de visiteurs pour son inauguration à quelque 22 000 lors de la précédente édition. « On pense cette fois dépasser les 25 000 » prédit Stéphanie Nicot, sa directrice artistique.

Alors que la vente de livres imprimés s’effrite, les romans touchant au fabuleux ont le vent en poupe. L’engouement autour de la saga télévisée Game of Thrones, elle-même inspirée de la série de romans signés George R.R. Martin, est là pour le confirmer. Si les genres sont variés, les Imaginales ne se limitent pas à une clientèle ou à une génération en particulier.Dans la Cité de l’Image, l’imaginaire brasse large, puisque l’on aborde aussi bien le conte que le fantastique et la science-fiction, et même le roman historique, qui entretient des accointances avec la fantasy, le gros morceau de ce festival grand public. Car si les genres sont variés, les Imaginales ne se limitent pas à une clientèle ou à une génération en particulier. Toutes se croisent sur le festival ! C’est une de ses marques de fabrique, au même titre que la proximité et la convivialité, des mots bichonnés par les organisateurs (lire autre texte). Malgré son succès, le rendez-vous vosgien tient mordicus à sa dimension humaine.

Le menu de cette 14ème édition étalée sur 4 jours ? Dense ! Une centaine d’événements (expositions, parmi lesquelles une présentation de l’œuvre de François Bourgeon en présence de l’artiste, conférences, cafés littéraires, animations diverses…), répartis sur une dizaine de sites, et autant d’invités investiront les allées et le cadre bucolique (dans un parc ombragé au bord de la Moselle) de cette grande librairie synonyme d’évasion. Parmi eux, six auteurs britanniques, puisque la Grande-Bretagne est l’invitée d’honneur de cette manifestation, après l’Allemagne en 2013 et l’Espagne en 2014. L’Américaine Robin Hobb, qui a bâti son succès dans le médiéval-fantastique, sera aussi de la partie. Une présence que Stéphanie Nicot ne manque pas de souligner pour illustrer la volonté du festival de miser sur la qualité. La conférence-débat prévue sur le grand écrivain Julien Gracq (mort en 2007) abonde dans ce sens. « Nous l’avons ajouté à notre programmation car son dernier roman Les Terres du couchant, paru à titre posthume, est très proche de la fantasy », précise la directrice artistique.

À noter que les Imaginales 2015 aura pour thème cette année les mutations… au sens large. Les 3ème rencontres de Bodypainting, attendues le dimanche 31 mai, constituent un des nombreux versants de cette thématique qui déborde sur l’actualité, comme le fait remarquer Stéphanie Nicot. « On veut avant tout faire rêver et donner du plaisir au lecteur. Mais lire est aussi une façon de nous interroger sur nous-mêmes et sur nos sociétés. » Les frontières entre le réel et l’imaginaire sont parfois poreuses. 

Festival Les Imaginales, du 28 au 31 mai à Epinal
www.imaginales.fr


PROCHE ET CONVIVIAL

Deux mots caractérisent les Imaginales : la proximité et la convivialité. Le festival spinalien s’efforce à la moindre occasion d’affranchir les distances qui séparent les auteurs de leur public. Le bar de la Bulle du Livre, véritable épicentre de cette manifestation littéraire, illustre cette volonté d’abolir les frontières puisque l’on peut y aborder très facilement les écrivains. Proximité toujours avec les grands entretiens, d’environ une heure, prévus avec les 8 auteurs anglo-saxons invités à cette 14ème édition. Une excellente occasion de faire plus ample connaissance avec leurs univers et leurs œuvres. Dans la même optique, on peut également citer le speed dating qui met face-à-face un professionnel de l’édition et un auteur en herbe. Une rencontre que les candidats mettent surtout à profit pour récolter de précieux conseils dans leur quête d’un premier contrat. Quelques-uns d’entre eux ont d’ailleurs été publiés depuis. Ou quand la proximité pave la voie au succès.