La Communauté d’Agglomération du Val de Fensch (CAVF) a dévoilé son projet de territoire pour la période 2014-2020. Les précisions de Michel Liebgott, député-maire PS de Fameck et président de la CAVF.
Liebgott-(©-CAVF)

Michel Liebgott (© CAVF)

Comment avez-vous procédé pour élaborer ce projet de territoire 2014-2020 ? Avez-vous, notamment, associé la population à la réflexion ? 

Un effort tout particulier a effectivement été fait pour y associer la population. De nombreuses réunions ont été organisées afin d’échanger avec les habitants et d’enrichir le projet. Nous avons d’ailleurs profité de l’élaboration de cette feuille de route pour également mieux faire connaitre les missions de la CAVF et faire en sorte que les habitants s’approprient le nouvel hôtel communautaire aujourd’hui installé sur le site de l’ancien château de Wendel. L’implantation de la Maison de Justice et du Droit au sein même de l’hôtel communautaire participe également de cette volonté d’ouvrir les lieux au grand public. Pour en revenir à cette feuille de route, c’est aussi l’aboutissement d’un an de travail en étroite collaboration avec l’ensemble des communes. C’est véritablement un projet collectif même si compte tenu de la diversité des sensibilités politiques – on fait le grand écart en la matière-, mais également de la diversité des communes sur le plan social, démographique et économique, l’exercice n’a pas été toujours simple.

Un exercice même compliqué avec les élus FN d’Hayange semble-t-il. Ils n’ont pas voté ce projet.

C’est exact mais ils n’ont pas non plus proposé quoi que ce soit d’autre. Une attitude qui peut être préjudiciable à l’ensemble du territoire dans la mesure où Hayange est la plus importante commune de notre espace en termes d’habitants (15.000) et que certains projets communs reposent sur l’implication des communes et des maires, sur le terrain. Je pense, par exemple, aux travaux hydrauliques à mener sur la Fensch, qui visent à prévenir les inondations. Si Hayange ne prend pas les décisions qui s’imposent, cela pénalise toutes les communes.

Ce projet va mobiliser 60 millions d’euros d’investissement, soit 10 millions d’euros par an. Comment allez-vous le financer à l’heure où la baisse des dotations étatiques inquiète toutes les collectivités ?

La baisse des dotations nous préoccupe également. Mais nous avons les moyens de nos ambitions. Sur le plan financier, la communauté d’agglomération est solide. Elle n’est pas endettée. C’est un premier point important et qui n’exclut certainement pas l’obligation de se montrer très rigoureux avec les deniers publics. Ce que nous allons opérer, ce sont des transferts de compétences (et de certains équipements) depuis les communes en direction de la CAVF qui est un Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI). L’intérêt est double. Cela permet de mieux maîtriser les coûts en les mutualisant mais également d’optimiser notre coefficient d’intégration fiscale, autrement dit, nous pourrons bénéficier d’une dotation financière de l’Etat plus importante. De l’argent dont profiteront directement les communes, bien entendu. Durant les trois ans à venir, il n’y aura donc pas d’augmentation d’impôts. C’est un engagement.

Le projet de territoire compte de nombreux projets. Mais quels sont, selon vous, les dossiers prioritaires ?

Tout est important puisque cette feuille de route se veut ambitieuse, pertinente et réaliste. Mais il est certain que la valorisation des centres-villes est l’une des priorités car il est important pour notre territoire de changer son image et de gagner en attractivité. Dans le domaine de l’action sociale, la CAVF a récupéré la compétence en matière de petite-enfance, et là encore, l’ambition n’est pas seulement de consolider l’existant mais d’ouvrir de nouveaux espaces, compte tenu des besoins. En matière d’aménagement du territoire mais également d’attractivité économique, un effort particulier sera également consenti pour développer et favoriser l’accès au numérique et au haut-débit, sur l’ensemble du territoire. Ce sont des projets qui sont lancés avec pour ambition des évolutions très concrètes dans les deux ans à venir.


UN PROJET GLOBAL

Le projet de territoire porté par la Communauté d’agglomération du Val de Fensch s’apparente à une véritable feuille de route pour la période 2014-2020. Des actions très précises et des propositions concrètes sont définies dans six domaines différents et complémentaires : l’aménagement du territoire, l’habitat, l’environnement, l’action sociale, l’économie, culture et patrimoine. La CAVF entend mobiliser 60 millions d’euros, soit environ 10 millions d’euros par an, pour assurer les investissements nécessaires. « Et il faudra s’y tenir et je le répète, tant que faire se peut, nous n’actionnerons pas le levier fiscal », a souligné Michel Liebgott lors de la présentation du projet. Pour découvrir le détail les actions programmées, voir le site internet de la CAVF.
www.agglo-valdefensch.fr

PISCINE-VDF-(© CAVF)

Centre aquatique Feralia à Hayange (© CAVF)


La CAVF

Créée en 2000, la Communauté d’Agglomération du Val de Fensch est l’une des quinze premières communautés d’agglomération à avoir vu le jour en France et la première en Lorraine. Elle se compose des villes d’Algrange, Fameck, Florange, Hayange, Knutange, Neufchef, Nilvange, Ranguevaux, Serémange-Erzange et Uckange. En termes de superficie, la CAVF s’étend sur 8 600 hectares et regroupe une population de près de 70 000 habitants.