Nicolas Shmit © DR

Pour permettre à tous les travailleurs européens de vivre décemment, la Commission Européenne planche sur la mise en place de salaires minimums équitables.

Mi-janvier, la Commission a présenté une communication sur la construction d’une Europe sociale forte pour des transitions justes. Elle a également lancé une première phase de consultation des partenaires sociaux – à savoir les entreprises et les syndicats – sur la question des salaires minimums équitables pour les travailleurs de l’UE. « L’économie sociale de marché innovante et inclusive de l’Europe doit être axée sur les personnes : elle doit leur offrir un emploi de qualité assorti d’un salaire adéquat. Aucun État membre, aucune région ni aucune personne ne doit être laissé à l’écart. Nous devons promouvoir sans relâche les normes les plus élevées en matière de marchés du travail, afin que tous les Européens puissent mener une vie digne et ambitieuse », a notamment indiqué le Luxembourgeois Nicolas Schmit, commissaire à l’emploi et aux droits sociaux. Le « salaire équitable » ne vise pas à introduire un salaire minimum universel mais a pour objectif de permettre à chaque travailleur de l’UE de toucher un salaire minimum équitable qui lui permette de vivre décemment quel que soit son lieu de travail. « Toute proposition tiendra compte des traditions nationales, que celles-ci prennent la forme de conventions collectives ou de dispositions légales. Certains États membres ont déjà mis en place des systèmes excellents. La Commission souhaite s’assurer que tous les systèmes sont adéquats, offrent une couverture suffisante, prévoient une consultation approfondie des partenaires sociaux et sont assortis d’un mécanisme de mise à jour approprié », précise la Commission, dans un communiqué. Outre la question du salaire équitable, d’autres dossiers « de justice sociale » sont sur la table comme l’élaboration d’une stratégie européenne en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes et des mesures contraignantes en matière de transparence des rémunérations. Un régime européen de réassurance chômage est également évoqué.