(©DR)

Alexandre Droulers, général manager Nord et Est d’Uber, a participé à I-Novia, le salon des nouvelles technologies, qui s’est tenu début octobre à Strasbourg. À cette occasion, il est monté sur scène pour une conférence visant, entre autres, à faire le point sur le développement de la société dans la capitale alsacienne. Chiche en informations chiffrées, le dirigeant a davantage mis l’accent sur la pertinence du service et du modèle comparativement à la voiture personnelle.

L’occasion aussi d’assurer la promotion des nouveaux services imaginés par la marque comme UberEats. Lancé il y a un an à Paris, ce service consiste à assurer la livraison de repas. Le client commande toujours depuis son smartphone, depuis la même application que pour commander un VTC. Une centaine de restaurants auraient aujourd’hui signé un partenariat avec Uber. Ce service, il est désormais question de le déployer dans d’autres villes de l’Hexagone, notamment à Strasbourg.

D’un déploiement l’autre. Alexandre Droulers a annoncé qu’Uber allait prochainement s’implanter à Metz et à Nancy, dans la foulée de Colmar où l’activité a été lancée durant l’été dernier. En revanche, aucune date n’a été dévoilée en ce qui concerne les lancements lorrains. Fin octobre, Uber ne communiquait toujours pas sur ces lancements futurs, sur son site internet. Il est vrai que l’entreprise joue volontiers la carte de la discrétion, histoire de ne pas « chauffer » les chauffeurs de taxi. Cela dit, en glissant un petit mot lors de sa conférence alsacienne, Alexandre Droulers compte, peut-être aussi susciter des vocations…