Il est l’un des cinquante calligraphes professionnels français. Stéphane Alfonsi manie la plume comme un orfèvre le diamant.
ALFONSI-(©-Vianney-Huguenot)

Stéfane Alfonsi est artiste et enseignant. À l’origine dessinateur industriel, il vit aujourd’hui de son art (© Vianney Huguenot)

C’est un historien qui vous ouvre les portes de l’atelier de calligraphie latine. Stéphane Alfonsi, jeune quadra installé à Montigny-les-Metz, vous parle d’abord de culture : « chaque civilisation, chaque culture a sa calligraphie, l’asiatique, l’arabe, l’hébraïque, la latine, et elles ont évolué, selon les régions, les outils. » À l’historien, succède l’ouvrier-écrivain. Il vous parle des outils, des plumes, des encres. Des énergies. C’est l’énergie, physique et intellectuelle, alliée à la maîtrise du geste, qui fait la calligraphie. C’est une élève de Stéphane, au joli nom de Coeur Cannelle, qui me souffle cette approche. Elle l’explique sur son blog : « Nous travaillons d’abord sur la notion de trait et d’énergie. Avec l’outil de notre choix, nous traçons des traits. Nous remplissons des pages et des pages de traits, avec l’idée qu’ils soient énergiques mais maîtrisés. Waouuh. Pas si simple ! » Stéphane Alfonsi évoque aussi, évidemment, les papiers. Les émotions que procure le papier. « Regardez ce parchemin, il date sans doute de 1600. C’est un document exceptionnel, sur le partage des terres de l’évêché de Strasbourg. Il n’y a aucune ligne sous l’écriture. » Elle est pourtant impeccablement droite. L’historien, l’ouvrier, le façonnier, l’écrivain, le peintre font une somme, ils ne font qu’un, en somme : un artiste. « La calligraphie est un art à part entière et sous la plume, le trait est vivant. » Stéphane Alfonsi insiste : « On apporte quelque chose de vivant. » La calligraphie n’est pas l’écriture, pas seulement. « Un véritable dialogue s’instaure alors entre le visible et l’invisible. »Elle n’est pas la typographie, confusion fréquente. Elle est, d’abord dans son origine lexicale, et grecque, un mélange de beauté et d’écriture. « C’est l’art de former les signes d’une manière expressive, harmonieuse et savante. »(1) Un calligraphe est un artiste-peintre des mots. Stéphane Alfonsi a sa propre explication. Elle est philosophique : « Lorsqu’il exécute un mouvement, le calligraphe confère au trait les changements essentiels de notre univers. Un véritable dialogue s’instaure alors entre le visible et l’invisible. Pour moi, la calligraphie constitue l’étape la plus importante de mon travail à la réalisation d’une peinture. C’est elle qui va s’adresser directement au spectateur en lui faisant passer un message, message qui relève du mystère, de la magie et de la création. » Stéphane Alfonsi fabrique lui-même ses pigments, ses couleurs, ses encres, et son atelier est un repaire de plumes et pinceaux. L’artiste est aussi enseignant. Il transmet. Un travail qu’il a réalisé dans des contextes et cadres très divers, dans des établissements scolaires, des prisons, au cours de stages spécifiquement organisés, « de la Corse à la Belgique » À l’origine dessinateur industriel, il vit aujourd’hui de son art, si l’on compte ses activités plus directement liées au marketing et à la communication graphique. Il arrive, par exemple, que d’importantes sociétés fassent appel à lui pour une opération de « mail art », ou courrier artistique, pour un envoi de bristols et enveloppes manuscrites. Calligraphiques, soyons précis. 

(1) Définition tirée du dossier pédagogique de l’association Calame, consultable sur le site de l’Éducation Nationale, Académie de la Réunion.

Stéphane Alfonsi / Le Scriptôgramme à Montigny-les-Metz
Atelier de calligraphie latine contemporaine,
Contact : 06.83.16.24.87 / https://www.facebook.com/stephane.alfonsi