(© DR)
La double cuisson des frites est mauvaise pour la santé selon la Commission européenne. Certes. Mais en Belgique, pas question de toucher au patrimoine !

Cela a fait les gros titres de la presse belge mi-juin : l’Union européenne aurait pour ambition de s’attaquer aux frites. Plus précisément, l’UE entendrait interdire la double cuisson des frites, cette seconde cuisson ayant pour conséquence de libérer une substance toxique et même suspectée d’être cancérigène : l’acrylamide. Bref, question de santé publique. Alors bien entendu, cela pose un sacré problème pour les frites belges car c’est cette cuisson à haute température qui donne tout son croquant à la frite… Branle-bas de combat à tous les étages, pas question de tirer un trait sur le bâtonnet bien raide et doré pour s’enfiler de la frite pâlotte et… molle (« comme celles de nos voisins » est-il précisé dans le quotidien Le Soir).

Dès le lendemain de la diffusion de cette information montée en mayonnaise par un ministre flamand euro sceptique (en fait, une réflexion sur ce sujet est en cours), la Commission s’est voulu rassurante en précisant qu’il n’était pas question d’interdire la double cuisson. « La Commission n’a aucune intention de bannir les frites belges, ni tout autre type de frites. Le président Juncker, le commissaire Adriukaitis et la Commission en général sont très attachés aux traditions culinaires et à l’héritage culturel de nos Etats membres. Je dirai ceci : les frites, c’est chic ! », a-t-elle fait savoir via son porte-parole en chef Margaritis Schinas, rapporte les médias belges.

N’empêche que si c’est mauvais pour la santé, ça pose problème. Alors, rapporte Le Soir, la Commission a tout de même tenté une suggestion en invitant les Belges à blanchir les frites (autrement dit les cuire dans l’eau) avant de les tremper ensuite dans la graisse, ce qui permettrait de réduire le taux d’acrylamide. Evidemment, elle s’est fait recevoir. Voilà où on en était fin juin. Quant à savoir comment cela va évoluer… En tout cas, pour l’heure, ça croustille toujours  à Bruxelles, Namur ou Liège.