Tag "Théâtre"

Revivre son passé

Avec sa dernière création Réversible, la compagnie montréalaise Les 7 Doigts poursuit son travail chorégraphique entre danse, théâtre et arts du cirque, avec une narration à échelle humaine toujours axée sur les expériences des interprètes. (Photo : © DR) Ici, chacun a effectué des recherches sur le passé de ses aïeux, incarnant tour à tour sur scène leurs ancêtres et eux-mêmes, transformés par cette connaissance accrue d’eux-mêmes acquise grâce à

Icône en scène

La passion de Félicité Barette (Photo : © Elizabeth Carecchio) Après Ainsi se laissa-t-il vivre, tiré de la vie et de l’œuvre du poète Robert Walser, le metteur en scène Guillaume Delaveau adapte pour la scène Trois contes de Gustave Flaubert. D’après Un Cœur simple, qui narre l’existence faite de dévotion totale, de solitude et de (dés)illusions de la servante Félicité Barette, il inscrit en surimpression les deux autres récits

Quête primordiale

La compagnie Via verde nous propose avec L’Enfant perdu un théâtre de marionnettes comme une exploration du territoire de l’enfance, où cinq humains sont associés à cinq « presqu’humains ». La relation entre parents et enfants est ici illustrée par le lien entre les comédiens et leurs marionnettes, entre bienveillance et manipulation. Cette série de confrontations sensibles interroge le parcours complexe qui doit mener « l’enfant perdu » sur les chemins d’une humanité à

Scène de lutte

(© Arthur Pequin) Menée au rythme des guitares électriques et des actes de résistance d’une femme qui se relève toujours, La Vie trépidante de Laura Wilson de Jean Boillot est une fable contemporaine sur le besoin vital de lutter et d’aimer face à l’individualisme ambiant. Laura Wilson a un travail, un enfant, un mari et un foyer : la perte de son emploi entraînera celle de tous ces autres éléments qui lui

CIRCUIT COURT

(© DR) FESTIVAL COURT TOUJOURS AU NEST À THIONVILLE DU 22 AU 24 SEPTEMBRE 2017 Événement ouvrant traditionnellement la saison du Nest – Centre Dramatique National de Thionville, le festival Court toujours met à l’honneur les formes brèves sous toutes leurs facettes. Pour sa huitième édition, Court toujours déploie une quinzaine de propositions, théâtre, lectures, cirque, musique, danse, docu-concert et conte, pour la première fois intégralement sur le site du

UN PARFUM D’ACTUALITÉ

(Festival Théâtre KingSize © Simon Hallstrom) Chantre des arts de la scène, le festival Perspectives, qui fête son 40e anniversaire cette année, proposera un programme éclectique à cheval entre la Sarre et la Moselle, et avec quelques points d’ancrage dans la réalité. On ne présente plus le festival Perspectives, véritable trait d’union entre la Moselle et la Sarre. Surfant sur la vague des arts de la scène (danse, musique, cirque

INTIMITÉ ET TERREUR

(© DR) Avec Les Époux, la metteur en scène Anne-Laure Liégeois fait appel à l’auteur David Lescot pour aborder avec une vision contemporaine, teintée de grotesque, l’histoire du couple Ceausescu, qui a tenu la Roumanie sous sa coupe pendant deux décennies avant son procès et son exécution quasiment en direct à la télévision. Anne-Laure Liégeois réinterroge dans la pièce « l’intrigante et vicieuse malice des Ceausescu », qui utilisaient l’image comme instrument

SCÈNES DE LUTTE

(© TAISEZ-VOUS Jeanne Roualet revu) Pour, par et avec les jeunes : telle est la philosophie du festival La Semaine Extra, initié par le Nest – Centre Dramatique National de Thionville et dont c’est la troisième édition. Au programme : six spectacles sur le thème « rébellion et engagement », des moments d’expression et des ateliers consacrés aux arts vivants. On a coutume de dire que les jeunes sont les spectateurs de demain. Pour Jean Boillot

REFLETS DÉFORMÉS

(© Ivan Boccara) Les marionnettes hyper-réalistes de la compagnie Trois six trente s’emparent des personnages et des comédiens de l’Institut Benjamenta, adapté du roman de Robert Walser, chronique sociale basculant dans le rêve. Chaque création de la compagnie Trois six trente prend sa source dans la précédente : ainsi, l’emprise d’une atmosphère fantasmagorique à l’œuvre dans le Rêve d’Anna, où apparaissent des figures animales allégoriques, a inspiré la metteur en scène Bérangère

PRÉDATEUR EN LIBERTE

(© Bohumil Kostohryz) Provocateur, vivant dans la transgression et le défi permanent aux bonnes mœurs et à Dieu, le personnage de Dom Juan est également le symbole de la violence qu’exerce avec impunité une certaine caste, abritée derrière son argent et ses relations, se complaisant dans l’oisiveté et l’indifférence envers autrui. Ces multiples facettes du libertin, Molière les dévoilait sans imposer de vision unique : une voie dans laquelle s’est engagée la