Tag "Roman"

AILES FROISSÉES

Pour son premier roman, Le Silence d’Anaïs, aux éditions Chum, Dominique Nauroy a imaginé son intrigue dans le sillon mosellan qui l’a vu grandir. Sous la plume du journaliste, polar, aventure et passion amoureuse composent une partition poétique que l’on effeuille, page après page, avec délicatesse. Paul est fasciné par Anaïs. La nymphette, gracieuse, animale, le pousse dans ses derniers retranchements. Les deux adolescents nouent une relation chimérique rapidement contrariée par les événements qui

LA FEMME QUI TUAIT LES HOMMES d’Eve de Castro

Saint-Pétersbourg. Des années 1880 jusqu’à sa condamnation à mort en 1909, pour l’assassinat de près de 300 hommes, on découvre et suit Léna, une jeune femme russe du peuple, amoureuse du futur Lénine. Paris. 2017.  Jeanne est une octogénaire, ancienne coutière. Manipulée toute sa vie par les hommes, elle a réussi à approcher un grand écrivain à succès, un être avide de reconnaissance, un homme volage. Jeanne s’est s’immiscé dans

Blessures messines

Dans Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau chez Terres de France – Alsace-Lorraine nous sommes dans les années 70, à Metz, Bernard Bertin, 18 ans, est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Bernard Bertin va passer des années en prison. Lui qui a toujours écrit en a « profité » pour devenir écrivain. Sa peine de prison purgée, il revient vivre

La poubelle des merveilles de Serguei

« Pablo n’est pas bien fait, il a le teint verdâtre, le corps petit, la tête énorme. Son anatomie est disproportionnée ; courtes jambes arquées, gros torse, bras trop longs et démesurément musclés que parfois il laisse baller de façon simiesque ». Fruit de l’union contre-nature entre une chenille géante dotée du pouvoir de voler les âmes et un loup noir à l’appétit vorace, Pablo Cuchilla vit dans la jungle, entouré d’animaux qui

Le baiser d’Armadilli de Pierre Brasme

Dans un petit village lorrain, Antoine Zarka attend la mort, dévoré par le crabe. Entre Maguette, sa vieille amie fidèle, et son médecin, Lourment, qu’il ne supporte plus, Antoine Zarka écrit, du matin au soir. Il raconte sa jeunesse, son quotidien, sa maladie, ses balades dans la forêt… Ecrire. « J’en ai encore la force, et c’est sans doute la dernière qui me reste, ça le crabe il s’en fout et ça

Comme une grande d’Élisa Fourniret

« J’enrage du rythme de dingue, de me sentir écartelée entre le taf, la vie de famille, l’amour avec mon homme, la difficulté d’être maman et maîtresse dans le même espace-temps, le perpétuel manque de fric, la nécessité de la création. Tout ce business est le fruit de mes choix de vie, mais bon dieu, y’a des moments, je te jure, où l’amertume pourrait m’attraper dans sa main glacée. » L’histoire

Un parfum de fleur d’oranger de Gilles Laporte

À la fin du XIXe siècle, les jeunes Italiens ne trouvent plus de travail. La France, elle, a besoin de bras. Ils sont alors nombreux à franchir la frontière pour se construire un avenir, en bossant notamment dans le bâtiment. Ne pouvant pas travailler au sein de l’exploitation viticole d’où il est chassé par son père, Valturno Palazzi prend la route en 1883. Tailleur de pierre mais également passionné de

Personne ne gagne de Jack Black

Dans le monde des perceurs de coffre et des vagabonds, Jack Black était un seigneur. Un « Johnson » comme on les nommait dans le milieu au tournant du XXe siècle : un homme d’honneur, fidèle et mesuré. Le présent ouvrage constitue ses mémoires. Il y conte comment il a rejoint l’autre société, celle de ceux qui ne veulent pas trimer pour vivre et n’ont rien à faire d’une maison et d’un lit douillet.

DANS LA BOURRASQUE

LA CHRONIQUE DE PIERRE PELOT À l’heure où j’écris ces lignes, de tous les horizons s’abattent en déferlantes et je ne sais combien ièmes rugissants les mots terribles qui nomment l’ouragan : RENTRÉE LITTÉRAIRE. C’est assommant. Éprouvant. Ça ravage tout sur son passage. Qu’on le veuille ou non, que l’on s’y prenne comme on voudra, on n’empêchera pas l’ouragan d’avoir en arrière goût de tornade des relents de marigots parigots

LA VIE PAR K.O.

L’auteur lorrain Pierre Hanot s’est passionné pour l’histoire d’Eugène Criqui, champion de boxe du début du XXe siècle défiguré durant la Grande guerre. Il en a tiré Gueule de fer, un roman qui frappe droit aux tripes. Souvent classé comme auteur de polars, Pierre Hanot ne se reconnaît pas vraiment dans ce genre très codifié. Ce qui l’intéresse avant tout, ce sont les histoires humaines, les parcours atypiques, les univers