Tag "Politique"

Rassembler les Hommes

© Illustration Philippe Lorin L’Europe s’est érigée dans la durée, par soubresauts successifs, dans la violence des conflagrations armée ou dans de subtiles tectoniques des plaques politiques. Mais elle a aussi été servie par des personnalités plus visionnaires que d’autres, conscients des « choses du monde ». L’un d’entre eux a, en France, plus que tout autre, servi cette construction difficile. Il s’agit de Jean Monnet. « Victor Hugo voulait signer sa vie par un grand

AKK à la Défense

Annegret Kramp-Karrenbauer & Angela Merkel© DR Nouveau pari risqué pour Annegret Kramp-Karrenbauer : l’ancienne Ministre-Présidente de la Sarre et actuelle présidente du parti conservateur CDU est entrée au gouvernement Merkel en tant que Ministre fédérale de la Défense. Si l’on avait interrogé il y a deux ans des Allemands de toute la République, il y a fort à parier que seuls très peu d’entre eux auraient été en mesure de la

Humain et terrien

© Illustration : Philippe Lorin C’est une belle règle du monde politique qui veut qu’au départ d’un des leurs, d’un des serviteurs de la République, les divergences soient tues. Ce qui réunit prend le dessus, les hommages sont taillés dans la compassion, la sympathie, le respect, pour les uns, l’amitié, la fidélité, l’admiration pour d’autres. Quelques-uns offrent leur silence, un message à interpréter diversement. La lecture de l’ensemble des propos

« Explorateur des possibles »

© Jean-Louis Hess Ingénieur agricole de formation, Jean Vogel a travaillé en Afrique avant de s’installer sur la terre natale de sa mère, à Saâles, entre Alsace et Vosges. Il y est paysan, puis se colle en 1995 au mandat de maire. Pionnier de l’écologie municipale, audacieux, souvent résumé à un empêcheur de gouverner en rond, il achève son quatrième et dernier mandat en publiant un livre passionnant, qui se lit comme un

Un nouveau maire pour Sarrebruck

Uwe Conradt © DR Les conservateurs fêtent une victoire de taille : leur candidat Uwe Conradt a déjoué tous les pronostics et a ravi la mairie de Sarrebruck aux socio-démocrates. Cela n’était pas arrivé depuis plus de 40 ans. Une victoire mince qui s’est jouée à à peine 300 voix d’écart, mais une victoire qui sonne comme un coup de tonnerre dans le paysage politique de la Sarre. Uwe Conradt (CDU), juriste de

Pas d’eurodéputé pour la Sarre

Katarina Barley © DR Avec plus de 66 % de votants, les électeurs de Sarre ont été les plus mobilisés de toute l’Allemagne. Ironie du sort, la population de ce Land au cœur de l’Europe ne sera pourtant pas représentée au sein du prochain Parlement européen. La Rhénanie-Palatinat s’en sort mieux et envoie six députés à Strasbourg. Malgré une participation en nette hausse aux élections européennes qui est passée de 48 % en 2014

Malte a un nouveau président

© DR Le dixième président maltais, George Vella, 76 ans, a prêté, début avril, lors d’une session spéciale du parlement. Il succède à l’ancienne présidente, Marie-Louise Coleiro Preca. Lors de son investiture, il a notamment indiqué que l’une de ses priorités serait de chercher à limiter les divisions, y compris celles infligées à l’image de Malte par les meurtres (entre autres) de la journaliste d’investigation Daphné Caruana Galizia, a rapporté

La Sarre et l’enjeu européen

Roland Theis © DR 217 millions d’euros ont été débloqués par Bruxelles pour la Sarre lors de l’actuelle période de financement 2014-2020 (sans compter les fonds issus de la PAC). Et pourtant les élections européennes ne passionnent pas forcément les Sarrois puisque le taux de participation tournait lors des précédents scrutins autour des 50 %. Cette année, la date tombant le même jour que l’élection municipale dans 34 des 52 communes de

La Lorraine de Giscard

© Illustration : Philippe Lorin Depuis 38 ans, il porte avec élégance le pull-over fin et le titre d’«ex». Depuis le 21 mai 1981 et sa sortie de l’Élysée, à pied et sous les vivats et sifflets mêlés. Valéry Giscard d’Estaing aura cent ans dans un septennat, et toujours aucun signe de ramollissement, aucune gaffe à se faire pardonner pour fait d’âge canonique. Aujourd’hui, l’ancien président de la République (1974-1981) parle peu, parle

Et patron et de gauche

© Aziz Mébarki « Après mon bac, obtenu à Sarreguemines, j’ai décidé d’intégrer Sciences Po à Strasbourg. Ces études me semblaient intéressantes et elles ne fermaient aucune porte. Cela m’arrangeait car à cette époque je ne savais pas ce que je voulais faire dans la vie, même si j’avais trois « envies » : devenir chef d’entreprise, enseigner et faire de la politique. J’avais d’ailleurs évoqué ces possibilités avec mon père. Il m’avait alors dit : il faut