Tag "Musique"

Trinité électronique

Bonobo©Neil-Krug Trois générations de musiciens électro vont se succéder à la Rockhal dans les mois à venir : The Chemical Brothers, précurseurs du mouvement big beat, l’envoûtant Bonobo et Petit Biscuit, la belle découverte de la scène française des années 2010. Au début des années 90 nous proviennent depuis l’Angleterre des échos sourds et lancinants : la scène électronique est en pleine ébullition, au croisement de la techno née à Détroit dix ans auparavant et de la

Diva divergente

© Droits Réservés Sur scène, c’est toujours la reine, près de quarante ans après avoir fondé les mythiques Rita Mitsouko avec Fred Chichin. Avec ce groupe, Catherine Ringer devient une véritable pasionaria d’un rock’n’roll à la fois glamour et déglingué, dont la voix résonne encore sur les ondes avec des tubes comme Andy ou C’est comme ça. Après la disparition de Fred Chichin en 2007, Catherine Ringer poursuit sa carrière

Désirer l’émoi

  © Photographie : Luc Bertau On connaît son visage, sa voix et on apprécie sa bonne humeur lors de Juste avant de Zapper, l’émission-phare de la chaîne Mirabelle TV. Alicia Hiblot est aussi une musicienne passionnée qui prépare un nouvel album sous le pseudonyme d’Alice Arthur. Un projet sensible et généreux, à son image. Son empathie, sa curiosité et son expérience de télévision lui ont permis d’imprimer sa marque en tant qu’animatrice

L’ÉTREINTE DE LA MUSIQUE ET DE LA DANSE

A- T De Keersmaeker & J. Guihen Queyras ©: A. Van Aerschot La beauté et la grâce ont rendez-vous les 4 et 5 mai prochains au Grand Théâtre de Luxembourg. Ces jours-là, le public pourra assister à une étreinte fascinante entre la musique et la danse. Entre Jean-Guihen Queyras et Anne Teresa De Keersmaeker plus exactement. La chorégraphie au service d’un instrument (violoncelle), et vice-versa. La célèbre danseuse et chorégraphe,

DÉVOILÉES

Brigitte© Shelby_Duncan Brigitte est la femme, ou plutôt les femmes. Au fil des chansons, Sylvie Hoarau et Aurélie Saada prennent les visages et les corps de toutes les figures féminines, de l’amazone à la sensible, « la profonde, la légère, la maman et la putain. » Dans leur musique, il y a Donna Summer et Véronique Sanson, il y a la voix aérienne d’Aurélie et le timbre plus grave de Sylvie, la

SCÈNE D’OUVERTURE

©  Robin Dumont-Chaponet Le Concert des lycées réunit 250 élèves et leurs enseignants issus d’établissements mosellans et sarrois pour la création d’un spectacle original : pour sa 27ème édition, musiques, danse, théâtre et audiovisuel se croisent au sein d’une adaptation libre de Peau d’âne rendant hommage aux contes. En ce jour de répétition, l’effervescence règne dans toute une partie du lycée Fabert à Metz. On entend les chœurs s’échauffer dans les salles, d’autres élèves