Tag "BD"

La Fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont

L’auteur de Pereira Prétend et de Malaterre change de registre avec cette course-poursuite loufoque où le cerveau du professeur Albert Einstein est l’objet de toutes les convoitises. Inspiré en partie par la réalité, La Fuite du cerveau est une aventure dans la droite lignée d’un Franquin, réjouissante et effrénée. On retrouve le style de Pierre-Henry Gomont : belle plume du narrateur, ici volontiers en décalage avec l’action, introspections et pensées matérialisées par

Anaïs Nin de Léonie Bischoff

Anaïs Nin est un corps et un esprit sous cloche dans le Paris des années 20. Elle commence sa mue en tant qu’auteure auprès de l’écrivain Henry Miller, mais l’écriture ne suffit bientôt plus à combler son appétit dévorant de vie et de désir. Léonie Bischoff se penche ici sur la naissance d’un esprit libre et subversif, poétesse, romancière et muse. Le trait fluide et élégant, les couleurs douces conviennent

La Belle envolée

S’habiller en femme lui donne des ailes : c’est Dragman, héroïque lorsqu’il s’agit de résoudre une sombre affaire de meurtres ou de gérer sa vie de famille. Un album subtil, drôle et étonnant de Steven Appleby. Chez Denoël. Au Royaume-uni, la plupart des super-héros ont abandonné l’idée de justice, trop occupés à gérer leur image, quand il ne sont pas incompétents voire carrément immoraux. L’un d’entre eux parmi les plus vertueux, à

L’innocence dans le viseur

Dans Kent State, Derf Backderf détaille ce qui a conduit, le 4 mai 1970, à la mort de quatre étudiants abattus par la Garde nationale sur le campus d’une université de l’Ohio lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Chez Çà et là. Au moment où les divisions n’ont jamais été aussi importantes entre les citoyens américains et que les manifestations sont émaillées de violences et de morts avec

La Dernière rose de l’Été de Lucas Harari

Après l’obscurité et la froideur des thermes de Vals en Suisse, cadre de son précédent album L’Aimant, Lucas Harari inonde de soleil les pages de son nouvel opus. Direction la Côte d’Azur, les décapotables et les fiestas : mais ne nous y trompons pas, l’étrange et l’inquiétant ne sont pas loin. Les disparitions s’enchaînent sur la Côte tandis que notre héros, un aspirant écrivain, est troublé par une jeune voisine aux prises

Carbone et Silicium de Mathieu Bablet

L’humanité est parvenue à créer deux intelligences artificielles « fortes », proches de l’être humain, sensibles et en connexion directe avec le réseau mondial. Unies par un lien puissant, elles vont se battre pour survivre sur une Terre de plus en plus hostile pour les hommes comme pour les machines. Après la dystopie spatiale claustrophobe Shangri-la, le talentueux Mathieu Bablet ouvre les perspectives en nous faisant traverser les âges et la planète

Tanz ! de Maurane Mazars

Fin des années 50, Uli s’ennuie parmi les pionniers de la danse contemporaine de l’université Folkwang à Essen. Il ne rêve que de comédies musicales et s’envole pour New York, alors en pleine effervescence politique. Lui qui ne vit que pour l’amour et la fantaisie passe pour frivole et désinvolte, mais il se dévoilera bientôt en même temps qu’il apprendra à mieux se connaître. Un récit touchant, sensuel, dont les

Marche ou rêve

Luke Healy raconte dans Americana son périple le long du Pacific Crest Trail : une expérience initiatique sur les chemins d’une Amérique fantasmée. Chez Casterman. Le Pacific Crest Trail, un parcours de 4 280 km la long de la Côte ouest états-unienne, entre le Mexique et le Canada, est un véritable défi pour tous les amateurs de trekking. Luke Healy n’a pourtant rien d’un sportif endurci : il est plus habitué à sa

Sortir des enfers

Fresque humaine bouleversante dans sa noirceur comme dans ses instants de grâce, L’Accident de chasse de David L.Carlsonet Landis Blair est la grande claque de cette rentrée. Chez Sonatine. On se souvient de la fascination et de l’émoi suscités par la sortie il y a trois ans de Moi ce que j’aime c’est les monstres d’Emil Ferris, illustre inconnue récompensée par le Prix du meilleur album à Angoulême. La lecture

Nous étions les ennemis de George Takei et Harmony Becker

Après Pearl Harbor, le gouvernement américain décide d’interner dans des camps militarisés tous les japonais vivant aux États-Unis mais aussi ceux des secondes et troisièmes générations, au motif de la lutte contre de présumés ennemis intérieurs. L’acteur américaine d’origine japonaise George Takei a subi cet épisode méconnu de l’Histoire, et en livre un récit à hauteur d’enfant, éclairé par les échanges avec ses parents des années plus tard. Un récit