Tag "Quai des bulles"

CARNETS DE THÈSE de Tiphaine Rivière

Après avoir décrit l’enfer de la vie de thésarde sur son blog « Le Bureau 14 de la Sorbonne », Tiphaine Rivière la compile dans cet ouvrage idéal pour décompresser en vacances, en ricanant sur les malheurs d’une pauvre étudiante cloîtrée dans les bibliothèques. Mais Tiphaine Rivière ne dramatise pas, bien au contraire : professeur de collège, thésarde enthousiaste ou désespérée, enseignante vacataire à la poursuite de Kafka, Schopenhauer ou de son directeur de

UNE TÊTE BIEN VIDE DE GILBERT HERNANDEZ

Avec La saison des billes, Gilbert Hernandez nous plongeait dans l’enfance. Cette fausse suite, à nouveau largement autobiographique, est bien plus riche et intense : la vie n’est plus à venir, elle est là, envahissante. Voici l’adolescence, la période des premières amours, du punk, des choix à faire, vite. Bobby se laisse porter ; attraits et dangers du « No future »… Le récit s’affirme, se développe en alternant entre légèreté et insouciance et la perspective d’un

GROENLAND MANHATTAN DE C.CRUCHAUDET

Après Mauvais genre, où un poilu déserteur se travestit pour mieux se cacher, Chloé Cruchaudet s’inspire d’une autre histoire authentique : celle d’une famille d’esquimaux ramenés à New-York par l’explorateur Robert Peary afin d’être étudiés et exhibés… avec l’espoir plus qu’incertain de revoir leur terre natale. Nous suivons Minik, enfant occidentalisé mais toujours lié à son passé et au sort trouble réservé à sa famille. Chloé Cruchaudet évite les écueils d’un scénario larmoyant,

LE RESTE DU MONDE J-C. CHAUZY

Le monde s’effondre autour d’une jeune mère : ne restent que ses fils, qu’elle craint de perdre à chaque instant. Car son couple s’est brisé, et les garçons parlent sans cesse de leur père. Mais aussi, à l’issue de quelques jours de vacances dans les Pyrénées, c’est la nature et l’ordre qui se déchirent : suite à un terrible cataclysme, la famille se retrouve isolée dans une petite ville de montagne, où la situation

DOUBLE TROUBLE

Fàbio Moon et Gabriel Bà continuent à retracer les destins et les passions complexes de personnages aux prises avec leurs congénères avec Deux frères, l’histoire d’une lutte fratricide destructrice. Paru chez Urban graphic. Le labyrinthique Daytripper les a fait connaître en 2012, révélant leur formidable talent de conteurs avec ce long voyage entre les vies de l’écrivain Bràs de Oliva Domingos. Puis vint L’Aliéniste, l’an dernier, adapté d’une nouvelle de Machado de Assis, où

L’OMBRE DU MAÎTRE

Avec Les Grands peintres, Glénat se lance dans une ambitieuse série au long cours, dont l’un des trois premiers tomes est consacré à Goya. Un album à l’identité affirmée. Une démarche prometteuse pour les volumes à venir. Décliner les « grands » conflits, les « grandes » figures historiques et artistiques en bande-dessinée constitue une méthode marketing éprouvée, destinée à rameuter un public passionné par ces sujets mais peu friand de 9ème art… et qui accouche bien souvent

QUAI DES BULLES

L’ÂME EXPLOSÉE Plongé dix jours dans le coma, puis soumis à de violentes crises, l’auteur Matthieu Blanchin tente de traduire avec Quand vous pensiez que j’étais mort, chez Futuropolis, une expérience hors du commun dans un album qui ne l’est pas moins. Il aura fallu plus de dix années au dessinateur du Val des ânes et de la trilogie Martha Jane Cannary pour accoucher de cet album, sous-titré Mon quotidien dans le coma : cent

QUAI DES BULLES

LA VIE EN QUARTIERS Building stories, la dernière œuvre de Chris Ware, nous propose rien de moins que de reconstituer une existence, divisée en objets-séquences par le prodige de la bande-dessinée américaine. Paru chez Delcourt. On passe un petit moment devant Building stories, cherchant la porte d’entrée, avant de comprendre que chacune de ses parties constitue une ouverture possible. Après avoir ouvert ce grand coffret renfermant 14 albums sous des

LITTLE TULIP, F. BOUCQ ET J. CHARYN

François Boucq (Bouncer avec Jodorowsky notamment) retrouve Jérôme Charyn pour une histoire en béton armé, une fresque ultra-riche en termes d’ambiance et de contenu, relevée par une superbe galerie de sales gueules. On y suit Pavel, immigré russe dans le New-York des années 70, tatoueur et dessinateur de génie, au moment où sévit un insaisissable tueur. Les mystères se dissipent au fil des flash-backs de son enfance au sein des

UN OCÉAN D’AMOUR, W. LUPANO ET G. PANACCIONE

Ravissement, pureté originelle : Lupano et Panaccione jouent des mécanismes les plus simples du médium bande-dessinée pour enchaîner des séquences si expressives et malignes que le texte en devient superflu. Un pêcheur breton quitte comme chaque matin sa bigouden chérie pour taquiner le goujon sur sa coquille de noix. Une succession incroyable d’événements catastrophiques et absurdes va l’emmener loin de sa bien-aimée, qui plie ses gaules direction l’autre côté de la grande