Tag "Quai des bulles"

Beverly de Nick Drasco

La banlieue américaine, ses familles névrosées, l’ennui pathologique et le conformisme qui étouffe sa jeunesse : c’est l’univers de Beverly, suite de récits imaginés par l’américain Nick Draso. Un univers largement exploré par Adrian Tomine dans son dernier ouvrage Les Intrus, auquel Beverly, avec son esthétique de brochures d’urgence d’avions de ligne, fait furieusement penser. Les esprits de Daniel Clowes et Chris Ware planent aussi sur cet album, qui parvient néanmoins à

Epiphania de Ludovic Debeurme

Avec le magistral Un Père vertueux et sa terrible beauté, Ludovic Debeurme avait il est vrai placé la barre très haut. Plus accessible, Epiphania, premier volet d’une trilogie qui lorgne plus que fortement du côté du mythique Black Hole de Charles Burns, on assiste à l’arrivée sur terre, après une catastrophe naturelle, d’enfants « mixbodies » mi-hommes mi-animaux. Nous suivons dans ce premier tome un père et son fils adoptif « mixbody »,

Intempérie de Javi Rey

Sur la plaine aride, loin des quelques cultures du village où il vivait jusqu’à présent, un enfant fuit. Il fuit les hommes, les pères, les représentants de la loi. Pourquoi ? Le vieux berger qui le recueille, à moitié mort, ne lui posera pas la question. Adaptation du premier roman de Jesus Carrasco, Intempérie nous lance sur les chemins avec la cruauté aux trousses, comme un avatar de l’Espagne franquiste. Entre noblesse,

Double jeu

David Sala adapte dans Le Joueur d’échecs de l’auteur autrichien Stephan Zweig. À travers de superbes aquarelles, il nous plonge dans un duel dantesque et singulier autour d’un échiquier. Chez Casterman. À bord d’un luxueux paquebot en partance pour New york, un jeune homme cherche à satisfaire sa curiosité en tentant d’approcher l’un des passagers : Mirko Czentovic, le champion du monde d’échecs. Par l’entremise d’un riche et orgueilleux industriel, il parvient à

Extases de Jean-Louis Tripp

Jean-Louis Tripp, que l’on connaissait surtout pour sa série Magasin général avec Loisel, s’attaque avec Extases à une série en quatre volumes consacré à sa vie sexuelle. Dis comme ça, ça peut paraître un peu narcissique comme projet, mais la subtilité, l’humour, l’auto-dérision et la beauté de ce premier tome (baptisé « Où l’auteur découvre que le sexe des filles n’a pas la forme d’un x… ») nous touchent dès les premières

TER Tome 1 : L’Étranger de Rodolphe & Dubois

Dans un monde non identifié, le jeune Pip pille les tombes disséminées autour de Bas-Mesnil. Lors d’une de ses expéditions, il trouve Mandor, un homme amnésique et mutique qui semble connaître le fonctionnement de toutes les technologies oubliées que rassemble Pip. Son arrivée va bouleverser la vie du village et éveiller l’intérêt et la méfiance des prêtres, autorité suprême des lieux. Des débuts remarquablement exécutés pour cette saga de science-fiction

Bâtard de Max de Radiguès

Après un casse historique, May et son fils Eugene sont lancés sur les routes pour une cavale où il leur faudra se méfier aussi bien des forces de police que de leurs anciens complices. Unis par leur amour et par leur expérience bien éprouvée de la cavale, cet improbable duo de gangsters a la peau dure. Max de Radiguès (La Cire moderne) y applique son traitement graphique tout en rondeur

Collé aux murs

On se perd avec délectation dans la lecture de L’Aimant, premier album de Lucas Harari. Une enquête labyrinthique et ésotérique au cœur d’une œuvre architecturale aussi inquiétante que fascinante. Chez Sarbacane. Thomas est un étudiant en architecture obsédé par les thermes de Vals, bâtiment niché dans les Alpes suisses et créé par Peter Zumthor. Il est persuadé qu’ils renferment un secret, qu’entre les lignes de l’édifice et parmi les tonnes

GARGOTE DU BONHEUR

Les éditions Le Lézard noir nous ouvrent les portes de La Cantine de Minuit : dans ce manga de Yaro Abe, on croise une galerie de noctambules hauts en couleur venus partager nourriture et chaleur humaine. Qui n’a jamais bavé d’envie devant des images de bento japonais multicolores, de plats de fruits de mer élaborés ou de bols de nouilles fumants ? L’amateur de mangas, assurément : il n’aura pas manqué de remarquer, entre

HIGHWAY TO LOVE Zoé Thouron et Jean Chauvelot

Lorsque l’on annonce la venue des Freaky Tiger, dont elle est une fan inconditionnelle, Zède traîne la carcasse de son ami Ji dans son sillage pour assister à la prestation du magnétique Ruppert Colt… avant de se transformer en amazone et de kidnapper la star pour en faire son animal de compagnie. Road-trip aussi bref qu’intense et délirant, Highway to love a le charme des buddy-movies aux duos improbables, le