Tag "Bande dessinée"

« Ne m’oublie pas » d’Alix Garin : le passé devant soi

Pour son tout premier album, l’auteure bruxelloise Alix Garin nous bouleverse. Dans Ne m’oublie pas, Clémence et sa grand-mère souffrant de la maladie d’Alzheimer se lancent dans une folle escapade pour briser la solitude de la vieille dame et revoir une dernière fois la maison de son enfance. Après des premiers contacts difficiles, cette dernière va retrouver des fragments de sa mémoire et de son identité, tout comme sa petite-fille

« Tunnels » de Rutu Modan : le fond du problème

On peut étonner, distraire, informer et émouvoir : Tunnels de Rutu Modan en est la preuve. Polar archéologique déjanté, c’est aussi une satire aussi effrontée qu’efficace sur ce qui se joue sur et sous la terre d’Israël et de Palestine. Chez Actes sud. Récompensée à Angoulême et par deux Eisner awards pour La Propriété et Exit wounds, Rutu Modan fait figure de tête de file de la bande dessinée en Israël, qu’elle a contribué à

Atsushi Kaneko : punk lynchien

Wet Moon © Illustration : Atsushi Kaneko  Au sein de l’univers du manga, Atsushi Kaneko évolue dans un monde bien à lui. Son dessin s’inspire des pochettes de disques punk, évoque Charles Burns ou Paul Pope dans des histoires hallucinées et violentes. Le premier volume de sa dernière série, Search and destroy, vient de paraître. Atsushi Kaneko ne lit pas de mangas ; ce qui peut expliquer la singularité de son travail en comparaison

« Rusty Brown » de Chris Ware : la grande musique de la vie

Dans un récit polyphonique où se croisent les destins de personnages solitaires, Chris Ware repousse une nouvelle fois les limites de ce que le médium bande dessinée est capable de traduire et de transmettre. Rusty Brown réunit le fruit de vingt ans de travail. Chez Delcourt. Pour l’auteur de bande dessinée, maîtriser la notion de rythme est essentiel : pour faire passer des messages à un moment précis, insister sur un détail, laisser

« Moments extraordinaires sous faux applaudissements »

Moments extraordinaires sous faux applaudissements © Illustration :Gipi Gipi explore à nouveau ses obsessions et ses angoisses dans Moments extraordinaires sous faux applaudissements à travers des réalités et des fictions qui s’entremêlent. Chez Futuropolis. Les artistes explorent toujours les mêmes thèmes : un cliché qui pourtant se vérifie d’album en album chez Gipi depuis Notes pour une histoire de guerre (Prix du meilleur album à Angoulême en 2006). Les notions d’héritage, de transmission,

Bastien Vivès : l’imagination au pouvoir

Une soeur © Illustration : Bastien Vivès Pour passer l’hiver au chaud, rien de mieux que de se (re)plonger dans les albums de Bastien Vivès. Après avoir été estampillé jeune prodige de la BD, il est à 36 ans un auteur confirmé faisant toujours confiance à sa sensibilité et à son imaginaire, et ne s’imposant aucune limite. Génie ou éternel adolescent ? Bastien Vivès, qui admet avoir été très marqué par le passage de

Rhapsodie en bleu d’Andrea Serio

À Trieste, l’été 1938 s’écoule au rythme des baignades et des fêtes pour le jeune Andrea Goldstein, sous la blancheur éclatante et les reflets de le Méditerranée. Mais bientôt les lois raciales le contraignent à l’exil aux États-Unis et il s’interroge sur son retour au pays. Délicat et contemplatif, Rhaspodie en bleu est un très bel album, où la lumière et les couleurs, les paysages et les silhouettes s’habillent de

La Fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont

L’auteur de Pereira Prétend et de Malaterre change de registre avec cette course-poursuite loufoque où le cerveau du professeur Albert Einstein est l’objet de toutes les convoitises. Inspiré en partie par la réalité, La Fuite du cerveau est une aventure dans la droite lignée d’un Franquin, réjouissante et effrénée. On retrouve le style de Pierre-Henry Gomont : belle plume du narrateur, ici volontiers en décalage avec l’action, introspections et pensées matérialisées par

Anaïs Nin de Léonie Bischoff

Anaïs Nin est un corps et un esprit sous cloche dans le Paris des années 20. Elle commence sa mue en tant qu’auteure auprès de l’écrivain Henry Miller, mais l’écriture ne suffit bientôt plus à combler son appétit dévorant de vie et de désir. Léonie Bischoff se penche ici sur la naissance d’un esprit libre et subversif, poétesse, romancière et muse. Le trait fluide et élégant, les couleurs douces conviennent

La Belle envolée

S’habiller en femme lui donne des ailes : c’est Dragman, héroïque lorsqu’il s’agit de résoudre une sombre affaire de meurtres ou de gérer sa vie de famille. Un album subtil, drôle et étonnant de Steven Appleby. Chez Denoël. Au Royaume-uni, la plupart des super-héros ont abandonné l’idée de justice, trop occupés à gérer leur image, quand il ne sont pas incompétents voire carrément immoraux. L’un d’entre eux parmi les plus vertueux, à