Tag "Bande dessinée"

Grandeur de l’innocence

Le don de l’auteur berlinois Mikael Ross pour évoquer l’enfance et la différence avec une intelligence sensible s’exprime à nouveau dans Apprendre à tomber, son dernier album chez Sarbacane. Aux côtés de Nicolas Wouters, Mikael Ross a signé Les Pieds dans le béton, où des amis d’enfance affrontent la distance qui les sépare de leur adolescence, puis Totem, l’aventure sauvage et onirique d’un jeune scout face à lui-même et à ses semblables.

Morveuse de Rebecca Rosen

Le petit éditeur bruxellois publie la première bande-dessinée de Rebecca Rosen, autrice canadienne installée en Belgique. Morveuse est l’histoire d’une jeune fille qui n’arrive jamais tout à fait à devenir celle que les autres voudraient qu’elle soit : sa mère dépressive, ses professeurs et les étudiants de son école d’art, même ses nouvelles copines militantes féministes sont loin d’être une voie vers l’épanouissement. Toutes les couleurs de la névrose sont dans Morveuse,

Les Indes fourbes d’Ayroles et de Guarnido

Le scénariste de Black Sad et le dessinateur de De Cape et de crocs livrent un grand récit picaresque en images reprenant Le Buscón, les aventures espagnoles du vaurien don Pablos de Ségovie, publié en 1626. C’est ici son parcours suite à son départ pour les Amériques qu’imaginent les deux auteurs. Pour trouver la fortune, le misérable se lance sur les traces de l’Eldorado, et utilisera la tromperie, et uniquement

Karoo de Bézian

Saul Karoo est le script-doctor le plus en vue d’Hollywood : selon Jay Cromwell, producteur immensément détestable, il a le don de transformer les échecs en succès. Alcoolique notoire, inapte à la vie en société et à des relations normales avec son fils et son ex-femme, il fait une rencontre inattendue qui sera pour lui l’occasion de trouver le chemin de la rédemption. Bézian réussit parfaitement à adapter le génial roman de

Dessine-moi notre histoire

Affirmation supplémentaire des ambitions départementales en matière de bande dessinée, l’Histoire de la Moselle est racontée dans un album dû au talent complice d’un duo du pays de Bitche, François Abel et Charly Damm. Une véritable prouesse : les lieux, les hommes, les événements, rien ne manque ! Depuis le début du printemps et jusqu’au 30 novembre, le Château de Malbrouck, à Manderen, présente des allures de Moulinsart et une exposition, Hergé,

Cœurs sauvages

Lomig met en images avec sensibilité le roman Dans la Forêt de Jean Hegland, dans lequel deux sœurs livrées à elles-mêmes réapprennent à vivre après l’effondrement de la civilisation. Chez Sarbacane. Eva sera danseuse étoile, Nell ira à Harvard : dans leur maison perdue au cœur de la forêt californienne, les deux adolescentes poursuivent leurs rêves sous l’œil bienveillant de leurs parents. Mais dans le monde extérieur, les coupures d’électricité et les pénuries se multiplient,

Les deux vies de Pénépole de Judith Vanistendael

Depuis dix ans, Pénélope met ses compétences de chirurgienne au service des victimes du conflit syrien, qui ne cessent de la hanter. Une vie et un engagement qui ont fini par prendre le dessus sur sa vie de famille, qui pour elle commence à perdre de son sens tandis qu’elle revient parmi les siens pour un congé. Les délicates taches d’aquarelle de Judith Vanistendael, surmontées par un trait discret mais

La Vengeance de Croc-en-jambe de Moog & Lehmann

Comparses de longue date, Matthias Lehmann et le messin Nicolas Moog se transforment en un duo de musiciens poissards pour cette histoire pré-publiée dans « le journal d’umour et bandessinées ». Nic et Matt, donc, sont plongés malgré eux au cœur d’une guerre des gangs en pleine vallée de la Fensch. Et que ça se délecte de dessiner des tronches impossibles sur fond d’histoires familiales tordues et de situations rocambolesques… mais au-delà de

Robinson suisse d’Alex Baladi

Alex Baladi s’inspire de la traduction du célèbre roman pour la jeunesse de Johann David Wyss effectuée par Isabelle de Montolieu, et se saisit de la même liberté dont a usé cette dernière pour en livrer une version personnelle loufoque et chatoyante. Papiers découpés, acrylique, crayons, feutres, gouache et stylo bille redessinent l’île paradisiaque où ont échoué les robinsons suisses, occupés entre vie de famille, exploration et crainte des éléments

Chroniques explosives de Jean Chauvelot

Tel un Vil Coyote des années 2000, Jean Chauvelot fait boum au terme de chacune de ces Chroniques explosives. Tranches de vie et grands délires, petits tracas et drames de la vie constituent la nitroglycérine nichée dans le cœur et dans le corps filiforme de son alter-ego Jean-Jean. Plein de trouvailles graphiques aux quatre coins de la page, Chroniques explosives est une successions d’histoires courtes drôles, absurdes, touchantes rappelant parfois