Tag "Agriculture bio"

GAEC de l’Arpent Vert : Le goût de l’authentique

© DR Vous aimez le bio ? Ça tombe bien, eux aussi. « Eux », ce sont les maraîchers du GAEC de l’Arpent Vert, situé dans la commune d’Œutrange (à deux pas de Thionville), dont la production fait l’objet d’un suivi rigoureux. Certifiés Ecocert, mais aussi MOSL Qualité Moselle, un label mis en place par le Département de la Moselle, la Chambre d’Agriculture et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, leurs

L’agriculture bio progresse

© DR Dans le cadre de son plan « agriculture bio », la Wallonie ambitionne d’atteindre la barre des 2.000 exploitations agricoles certifiées bio fin 2020 et une part de 18 % de la surface agricole utile consacrée à ce type d’agriculture. Le dernier bilan va dans le bon sens à en croire les données de l’ASBL BioWallonie. En 2018, l’agriculture biologique a affiché une croissance de 7 % du nombre de fermes certifiées

Le Domaine de la Voie lactée : Richesses du vivant

© DR Après la production de lait de jument et la vente de chevaux pour l’attelage et la selle depuis 1989, le Domaine de la Voie lactée se lance en 2012 dans la production et la vente directe de cosmétiques bio issus du lait de jument : masques, sérums, lait raffermissant et démaquillant ou encore savons. « Il existait une vraie demande pour des cosmétiques sains issus de ce produit si particulier, explique

Metz : la Grande Ferme atterrit à Frescaty

© 123RF « Dans le cadre de la politique agricole périurbaine et de la création d’un agrobiopôle sur le Plateau de Frescaty (près de Metz), Jean-Luc Bohl, Président de Metz Métropole, signe aujourd’hui un protocole d’accord avec l’association Fermes d’Avenir, filiale du Groupe SOS, pour l’installation d’une Grande Ferme », explique Metz Métropole, dans un communiqué daté du 24 mai. Créée en 2013, Fermes d’Avenir, filiale du Groupe SOS, acteur national de

Agriculture : Rottner s’émeut

1,1 milliard d’euros. C’est le montant annoncé par le gouvernement pour développer l’agriculture bio, dans les 5 ans à venir. Objectif : faire passer de 6,5 % à 15 % la surface agricole cultivée en bio. Pour financer cette ambition, le gouvernement a, notamment, opéré un transfert dans les aides de la PAC (Politique Agricole Commune). Pour faire court, 4,2 % ont été prélevés dans l’enveloppe du premier pilier (les aides à la production) pour être