Le héros de Sweet Tooth n’a rien d’un Superman, d’un Batman ou encore d’une Wonder Woman. Mais avec sa bouille d’ange et ses airs de Bambi, Gus est un garçon pour le moins hors du commun.Narrée par James Brolin et Créée par Jim Mickle et Beth Schwartz, la série renouvelle le genre post-apocalyptique avec poésie.

Dans un futur proche, la population terrestre a été contaminée par un virus mortel : une grande partie de l’humanité a été éradiquée et seules quelques personnes immunisées sont encore en vie. À la suite de cette pandémie, une espèce hybride mi-humaine mi-animale a vu le jour. Cette dernière est traquée par certains humains encore debout, persuadés que ces créatures hybrides sont la cause de l’apocalypse bactériologique : c’est l’infâme général Abbot (Neil Sandilands) qui mène ces troupes et qui veut faire de cette nouvelle espèce des rats de laboratoire.

Gus a 10 ans. C’est un garçon doux et naïf qui vit avec son père Pubba dans la forêt, à mille lieux de toute forme de civilisation. Et pour cause : Gus est né avec des bois et des oreilles de cerf, c’est un hybride. Protégé par un père très pieux qui lui a tout appris, des soins médicaux à la religion, il ne rêve que d’une chose : quitter la forêt et rejoindre sa mère dans le Colorado. À la suite d’un événement dramatique, il est contraint de fuir son foyer forestier digne d’un conte de fée pour s’aventurer hors des sentiers battus, dans un monde sombre et désolé. En chemin, il fait la rencontre de Tommy Jepperd (Nonso Anozie), un ex-footballeur qui cache un cœur tendre sous son apparence revêche et bourrue.

Une énième série post-apocalyptique, direz-vous. Et vous n’auriez pas tort : tout comme les autres œuvres de ce type, Sweet Tooth traite d’un bouleversement naturel aux conséquences tragiques, d’un monde dévasté et inhospitalier, de survivants qui doivent choisir entre la solidarité et la dissension. Mais Sweet Tooth est un peu plus que tout cela : elle apporte un vent de fraicheur au genre. Si le comics de Jeff Lemire, dont la série est adaptée, est marqué par sa noirceur, la série se veut optimiste et porteuse d’espoir. Certes, elle met en scène l’hostilité et la vilénie qu’engendre la peur de la différence, mais elle est aussi une ode poétique à cette dernière.

Retrouvez la série Sweet Tooth sur Netflix

netflix.com