© Droits Réservés

Lisa Ekdahl est à part dans le paysage du jazz vocal : sa voix cristalline et aérienne en appelle successivement au voyage, à l’onirisme, à la sensualité et à l’enfance. En anglais ou en suédois, cette artiste sensible n’a rien d’une diva malgré son aura qui a traversé les frontières. Elle se produira le 20 mars au Théâtre de Thionville.

La jeune fille qui a connu la gloire dès ses débuts affiche désormais un quart de siècle de carrière mais n’a rien perdu de cette douceur enfantine qui la caractérise tout en évoluant vers la maturité. En 1994, année de la sortie de son premier album, Lisa Ekdahl remporte quatre Disques de platine et trois Grammy Awards. Elle séduit immédiatement au-delà de la Suède, et notamment en France par son interprétation personnelle décontractée de grands standards de jazz, de bossa nova comme pour ses compositions originales. Les sollicitations ne se font pas attendre : son compatriote Toni Holgersson l’invite sur l’un de ses albums, puis elle signe sur le label EMI. Elle s’entoure du trio formé par Peter Nordhal avec When did you leave heaven en 1997 et Back to Earth un an plus tard, ses premiers disques chantés en anglais qui permettent à sa carrière de prendre une dimension internationale. Lisa a 19 ans, c’est le temps des tournées dans les clubs, une véritable « éducation musicale » pour l’artiste aux côtés de ces musiciens réputés.

Ce succès, aidé par l’universalité de la langue anglaise, n’empêchera pas Lisa Ekdahl d’alterner les albums en anglais et en suédois : en 2004, Olyckssyster signe son retour vers sa langue natale sept ans après Bortom det blå, et la native de Stockholm récidivera dans les années quiOn se laisse bercer, dans un état de béatitude totale, par la voix de Lisa Ekdahl, qui respire comme toujours la vie sous les rayons de la bossa.suivent avec deux autres opus. Un attachement à ses origines qui alimente sa singularité, d’autant que sa voix diaphane prend une dimension toute particulière sur des textes en suédois : on se régale de Lisa Ekdahl à l’écoute des inflexions si particulières qu’elle nous offre à travers ces projets scandinaves. Preuve qu’elle se sent à l’aise sous toutes les latitudes, la chanteuse consacrera en 2000 un disque tout entier à la bossa-nova dans Lisa Ekdahl sings Salvadore Poe, sur des textes écrits par son mari. On se laisse bercer, dans un état de béatitude totale, par la voix de Lisa Ekdahl, qui respire comme toujours la vie sous les rayons de la bossa. Le disque comprend une collaboration avec Henri Salvador, comme un clin d’oeil à cette France pour elle si accueillante.

En effet, l’Hexagone réserve toujours un accueil chaleureux à Lisa Ekdahl, dont les ventes sont au plus haut dans nos salles comme chez les disquaires. En 2009, son escapade new-yorkaise Give Me that Slow Knowing Smile, qui écrit une nouvelle page de sa carrière entre pop et folk, cartonne en France : plus de 100 000 exemplaires vendus pour ce disque délicat et sensuel. En 2011, son premier album live est enregistré à l’Olympia et grave définitvement dans les sillons le lien particulier qui unit la chanteuse au public français. Sa « feel good music » intemporelle se renouvelle sans cesse : direction Cuba pour Look to Your Own Heart, son douzième album sorti en 2014. Et après un nouveau crochet par la Suède avec När Alla Vägar Leder Hem, arrive jusqu’à nos oreilles, en fin d’année dernière, More of the good.

Dès Let’s go to sleep, le titre d’ouverture, on y retrouve l’une des facettes de Lisa Ekdahl, celle de la femme-enfant. Ne versant jamais dans l’excès, dans l’ostentatoire, elle survole avec grâce l’intégralité de l’album, qui emprunte aussi bien au jazz qu’à la soul et à la folk, et intègre une collaboration avec le trompettiste français Ibrahim Maalouf et l’écrivain marocain Abdellah Taia. Elle rappelle d’ailleurs son goût pour des textes plein de sens avec l’hymne girl power Sweet Feeling Of Freedom. Car son inspiration, Lisa Ekdhal la puise aussi dans la force de ses textes, avec une sincérité qui donne encore plus de frissons à l’écoute de cette artiste totalement envoûtante.

Le 20 mars  2019
Au Théâtre de Thionville
www.theatre.thionville.fr