Rolando Villazón©Harald Hoffmann, DeutscheGrammophon

C’est ce que promet le concert narratif du 23 septembre à la Philharmonie Luxembourg. L’institution grand-ducale, qui a vu sa programmation chamboulée par le coronavirus, a confié les rênes de cette soirée à Rolando Villazón, un habitué de cet exercice. Au menu : des œuvres de Mozart, Offenbach, Rossini et Stravinski.

Et si on décompressait un peu ? C’est en substance le message adressé par la Philharmonie Luxembourg, à l’occasion de son concert prévu le 23 septembre, dans un grand auditorium où la gaieté promet d’imposer son tempo. Dans un contexte où l’anxiété et l’incertitude rythment l’actualité sur fond de crise sanitaire liée au COVID-19, le public ne devrait pas bouder son plaisir lors de cette fameuse soirée baptisée L’Allegria. D’autant que le maître de cérémonie n’est autre que le ténor franco-mexicain Rolando Villazón, parfaitement à l’aise dans le rôle d’animateur (lire ci-dessous), avec l’enthousiasme débordant qu’on lui connaît.

L’institution grand-ducale a annoncé la couleur en promettant des « blagues musicales, mais aussi des histoires édifiantes sur l’humour et la légèreté en musique ». L’amusement sera donc au programme de ce voyage étalé sur trois siècles, où les sconorités offertes seront empruntées au répertoire de Mozart, Offenbach, Rossini ou encore Stravinski. Les musiciens et musiciennes de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg (OPL) seront aussi de la partie, sous la conduite d’une cheffe d’orchestre invitée, en l’occurrence l’Ukrainienne Oksana Lyniv, qui occupe par ailleurs la fonction de directrice musicale de l’Opéra et de l’Orchestre Philharmonique de Graz (depuis la saison 2017-2018), où elle a fait ses débuts en 2016 avec La Traviata. À l’instar du ténor-narrateur Villazón, la native de Brody est une touche-à-tout, elle qui, durant sa jeunesse, a étudié le piano, la flûte, le violon et le chant, avant de diriger son premier ensemble à l’âge de 16 ans, ce qui a servi de déclic à sa vocation actuelle. Celle qui fut, durant quatre ans, l’assistance du réputé chef Kirill Petrenko à Munich, est aussi la fondatrice du Festival LvivMozArt, qui rend hommage à Frank Xaver Mozart, un des fils de Wolfgang Amadeus, qui se fit connaître en tant que pianiste, compositeur, chef d’orchestre et professeur de piano.

Concert narratif L’Allegria
Mercredi 23 septembre, à partir de 19h dans le grand auditorium de la Philharmonie Luxembourg.
Renseignements et réservations : www.philharmonie.lu

Ténor et narrateur

L’exercice n’est pas nouveau pour lui, et l’on peut même dire sans se tromper que Rolando Villazón prend ce rôle très à cœur. Il faut dire que le costume de narrateur, qu’il endosse dans le cadre de la série Rolando raconte…, lui va comme un gant. Une corde de plus à l’arc du célèbre ténor mexicain, qui passe pour être un véritable touche-à-tout, lui qui excelle aussi dans la mise en scène, l’animation d’émissions à la radio ou encore l’écriture de romans. Le 23 septembre prochain, il s’agira de son premier concert narratif de la saison 2020-2021 à la Philharmonie Luxembourg.

Par le passé, le polyglotte (il parle 5 langues) avait enthousiasmé le public luxembourgeois avec un voyage en compagnie de Mozart, un compositeur qui n’a plus de secret pour cet habitué de la Semaine de Mozart à Salzbourg, dont il est le directeur artistique. Pour ce qui est du futur, on le retrouvera dans son rôle de maître de cérémonie débordant d’énergie le 20 avril 2021, toujours dans la capitale luxembourgoise, pour animer cette fois une soirée consacrée au mythe de Don Quichotte à travers la musique. Initialement prévue le 19 mars, cette dernière avait dû être reportée en raison de l’épidémie de coronavirus. Des œuvres de Gerhard, Leigh, Massenet, Minkus, R. Strauss, Telemann ou encore Ullmann seront interprétées à cette occasion, sous la direction de la cheffe d’orchestre mexicaine Alondra de la Parra. Le violoncelliste belge Ilia Laporev et le violoniste lituanien Ilan Schneider seront également présents à ce rendez-vous.