À partir du 20 juin, le Sentier des Cabanes sonores, à la pointe de l’Île du Petit Saulcy à Metz, dans les jardins de l’Hôtel du Département, placera sur votre chemin une série d’installations sonores et participatives : des œuvres invitant à une rencontre de l’esprit et de la main du visiteur avec la technologie, l’art et la nature.

Cabanes-Georges-Cuvillier-2 (© DR)Les visiteurs de la capitale mosellane lors des fêtes de fin d’année connaissent bien le Sentier des lanternes, qui illumine l’Île du Petit Saulcy des créations de l’illustrateur Guy Untereiner. À l’occasion de l’édition 2015 de Cabanes, c’est à une autre promenade que ceux-ci sont conviés : six artistes y présenteront des sculptures sonores et interactives liées à l’environnement naturel, étranges structures qui vont se dresser, briller, résonner, bouger, invitant à ouvrir l’œil, à tendre la main et l’oreille.

On accédera au Sentier en traversant l’installation monumentale du belge Georges Cuvillier, qui bâtit depuis 2004, entre l’Europe et l’Australie, des structures-tunnels en bambou qui entraînent le visiteurs au sein d’un espaceLe Tunnel of love s’élancera à onze mètres de hauteur sur une longueur de 56 mètres. d’intimité. Le Tunnel of love s’élancera à onze mètres de hauteur sur une longueur de 56 mètres. « Le tunnel isole un peu de la réalité, explique l’artiste. C’est surprenant, ça fait rêver… cette matière inconnue pour la plupart des gens les intriguent, ils veulent toucher, sont surpris par la forme ». L’installation, qui sera mise en feu par la compagnie Carabosse à l’occasion de l’inauguration, bénéficie également d’une sonorisation de l’acousticien berlinois Tobias Bierbaum. « Le son et la lumière font toujours partie de l’installation, précise Georges Cuvillier. Tobias intègre des sons de bambou, de vent, des percussions, des voix… il crée des paysages sonores incroyables ».

Trois installations du britannique Will Menter parsèmeront également le Sentier. Musicien de formation, intéressé par le jazz et la recherche sonore, il travaille avec des matériaux naturels : morceaux de bois s’entrechoquant, flûtes éoliennes suspendues, plaques d’ardoise et tubes de résonances en terre cuite jouent une partition laissée au souffle du vent, à l’écoulement de l’eau ou aux envies du visiteur curieux. « Les sons bruts m’ont toujours intéressé, la forme plastique est venue ensuite, explique Will Menter. Mes œuvres invitent le spectateur à les pénétrer, à interagir avec elles, et le font réfléchir sur la beauté de la nature, dont l’art veut se rapprocher ».

D’après sa Cabane Pi(e), réalisée aux Jardins Fruitiers de Laquenexy pour Cabanes 2014, le designer mosellan Vivien Muller a imaginé Conque, dont la structure métallique évoque l’organisation en fractalesLe designer mosellan Vivien Muller a imaginé Conque où le déplacement de billes de métal reproduit le son de la mer. des plantes et des coquillages. « La nature est pour moi une source d’inspiration inépuisable, explique Vivien Muller. Elle crée des évolutions et des fonctions innombrables pour tout type d’environnement. Je profite de son intelligence ! » Cette nouvelle cabane, recouverte d’un tressage en osier, intègre une table sonore où le déplacement de billes de métal, provoqué par le visiteur, reproduit le son de la mer.

À ces créations s’ajoutent une structure en bois réalisée par Camille Tourneux, qui agit comme une caisse de résonance et où les sons sont actionnées par des boîtes à musique, ou encore l’installation météorique de Jean-François Freiring, enclos surplombé de disques de verre laissant filtrer la lumière, au sein duquel seront placées des pierres chantantes. Au sein d’une reproduction du Garden du Centre International d’Art Verrier de Meisenthal, l’élément liquide entre en interaction avec les cloches et les boules de verre. Le collectif messin Paradigme s’est emparé de cette création pour la mettre en vidéo et en son.

Du 20 juin au 20 septembre de 15h à 19h
À l’Hôtel du Département, rue du Pont Moreau à Metz
Entrée gratuite, du mercredi au dimanche inclus