Chez Léon © DR

Depuis sa création en 2013, le snack Chez Léon a bien grandi. Touristes et locaux connaissent bien ce commerce incontournable d’Abreschviller, situé à quelques mètres seulement du départ du train touristique.

« J’ai parfois l’impression qu’on est un parc d’attractions. Quand les gens sont dans le coin, ils en profitent pour passer nous voir. » À Abreschviller, tout le monde connaît le commerce de Léon Haber, au moins autant que son célèbre voisin, le train touristique, qui attire chaque été de nombreux touristes dans cette petite commune forestière proche de Sarrebourg en Moselle. Depuis son lancement en 2013, dans ce qui était autrefois une scierie, le snack Chez Léon a bien grandi. « Au départ, c’était l’équivalent d’une caravane, avec 7 places assises à l’extérieur », raconte son propriétaire, qui a tâté des métiers de la forêt – bûcheron notamment – avant de se lancer dans cette entreprise qui emploie 6 personnes.

L’agrandissement de cette structure a connu un nouvel épisode en avril 2018, avec l’installation d’une grande charpente en bois qui lui a permis d’augmenter sa capacité d’accueil. « En été, on peut recevoir jusqu’à 300 personnes en incluant la terrasse. » Equipée d’appareils de chauffage et de bâches coulissantes, cette dernière peut aussi être utilisée durant la période hivernale.

Le succès de ce snack tient autant à sa chaleureuse ambiance qu’à la consistance de ses assiettes. « L’idée est que les clients se sentent un peu chez eux », poursuit le gérant. Et comme à la maison, ce sont eux qui débarrassent leur plat et vont chercher leur commande. Point de service ici, c’est à la bonne franquette, avec un espace réservé au chef pour des occasions particulières, comme cet hiver avec le bar à raclette, qui a emmené la clientèle dans les Alpes.

Faut-il s’attendre à une nouvelle extension par la suite ? Léon Haber ne l’envisage pas, mais il nourrit en revanche d’autres projets. La carte de son établissement pourrait ainsi être enrichie, histoire de varier les plaisirs. Mais que les habitués se rassurent : les hamburgers maison seront toujours à l’ordre du jour. La viande, préparée sur place grâce à un hachoir réfrigéré acquis il y a deux ans, est d’ailleurs fournie par un membre de la famille, boucher de son état, « qui achète les bêtes sur pied ». La proximité, c’est bien aussi. Chez Léon, on la cuisine aux petits oignons.

www.abreschviller.fr/Snack-Chez-Leon