L’Italie compte plus d’un trésor dans son sac, et Sienne, la rivale de Florence, en fait assurément partie. Ce joyau de la Toscane abrite une des plus belles places au monde, au cœur d’un centre historique parmi les mieux conservés du pays. On se croirait revenu au Moyen Age dans les bras de cette belle à la peau rouge.

Elle n’a peut-être pas l’envergure de sa voisine écrasante Florence, mais Sienne, sa rivale, vaut sans hésiter une infidélité. On a vite le tournis en se jetant dans ses bras, tant la culture et l’Histoire imprègnent ses murs. Les premiers émois commencent sur la Piazza del Campo, avec ses briques rouges et son sol légèrement incliné. On se croirait revenu au Moyen Age sur cette place bordée de cafés, de restaurants et de somptueux palais gothiques des 13e et 14e siècles, qui sert de cadre à une spectaculaire course de chevaux (lire ci-dessous). Le plus illustre d’entre eux, le Palais Public, abrite notamment de célèbres fresques, dont celles de Simone Martini. Il jouxte la Tour du Mangia, que les candidats au vertige éviteront. Dommage, car cet édifice du 14e siècle offre une vue imprenable sur la ville et la campagne alentour du haut de ses 102 mètres.
Cœur et âme de la cité médiévale, qui a valu à cette ville d’environ 55 000 habitants d’être classée au patrimoine mondial de l’Unesco, la Piazza del Campo a la forme d’un gros coquillage scindé en 9 parties, symbole du gouvernement siennois qui était composé de 9 membres. Il faut siroter un café le soir sur une de ses nombreuses terrasses, loin de l’agitation diurne, pour en saisir toute la beauté.
À Sienne, vous ne verrez pas seulement émerger de la mer de toits la Torre del Mangia. Un autre monument attire le regard : la cathédrale. Celle que l’on appelle aussi Santa Maria Assunta est à visiter impérativement. Ce chef d’œuvre de l’art gothique toscan, strié de marbre noir et blanc, révèle un intérieur fascinant. À commencer par les 56 panneaux de marbre qui recouvrent son sol et font référence à l’Ancien Testament et la mythologie grecque. Parmi les curiosités, la construction inachevée du Duomo, la nef notamment, à cause de la peste qui s’est abattue sur la cité en 1348.
Si vous aimez les fontaines, la Fonte Branda assouvira votre soif de vieilles pierres. C’est la plus ancienne et sans conteste la plus belle. Construite en 1081 et agrandie en 1446, elle est surmontée de gargouilles et est constituée de trois arcades gothiques qui donnent accès à une cavité.
Les amateurs de musique iront se promener dans la Via di Città, une rue très chic où surgit le Palazzio Chigi Saracini, qui se visite sur demande et avec modération. Ce palais du 12e siècle abrite une importante collection d’instruments, et notamment des stradivarius, mais aussi des œuvres d’art, entre autres une Madone de Donatello. Le bâtiment est aussi le siège de la prestigieuse Académie musicale Chigiana.
Ville très animée (on y croise de nombreux étudiants), Sienne ravira les amateurs de bonne chère et de tables copieuses, la gastronomie étant étroitement liée à cette cité épicurienne et fière de son passé. Au registre des recettes typiques, il faut bien entendu mentionner le fameux panforte. Les gourmands connaissent les chemins qui mènent à cette spécialité locale, et notamment la boulangerie Nannini. L’endroit idoine pour faire connaissance avec ce gâteau aux fruits confits, aux amandes et aux épices, recouvert de sucre glace. Une autre manière de succomber au charme du joyau toscan.

Pour en savoir plus : www.sienne.fr


Palio-Sienne (©DR)DANS LA FIÈVRE DU PALIO

C’est une course équestre unique en Europe, et une des plus folles au monde. Une course où les chevaux sont bénis avant la compétition, où presque tous les coups sont permis, et qui fait entrer en ébullition le cœur historique de la ville. On dit du Palio de Sienne qu’il sert de défouloir pour éviter les pugilats entre les quartiers, parfois sur fond de vieilles rivalités. La ville en compte 17, mais seulement 10 sont sélectionnés pour participer à cette épreuve ancestrale, organisée depuis 1721 sur la Piazza del Campo en l’honneur de la Vierge Marie. Les chutes y sont fréquentes, et pour cause puisque les cavaliers montent à cru ! Le Palio a lieu deux fois par an, le 2 juillet et le 16 août, et il est précédé de trois jours de fête. Pour ceux qui ne souhaitent pas se retrouver dans la marée humaine compactée au milieu du Campo, il ont la possibilité de prendre place dans les gradins entourant la piste, à condition de réserver leur place au moins six mois à l’avance ! Trois tours et moins de deux minutes suffisent pour désigner un vainqueur. Il arrive parfois qu’un cheval l’emporte sans son cavalier. La course doit son nom à l’étendard de soie peint à la main qui est remis au gagnant. En août dernier, elle s’était achevée sans bobos pour les animaux et un seul jockey s’était retrouvé à terre. Une édition presque trop sage en somme. À noter que les amateurs de James Bond ont pu avoir un petit aperçu de cette tradition spectaculaire dans un des films de la saga, Quantum of Solace, sorti en 2012.