(© Manu Gauthier)
Installé rue des États, dans le Vieux-Nancy, l’ébéniste d’art et restaurateur de meubles anciens Sébastien Rauch travaille le bois avec plaisir et passion. Ce petit-fils de brasseur bachâmois renoue ainsi avec la tradition familiale du savoir-faire haut-de-gamme.  

Faire ébéniste d’art dans la ville de Louis Majorelle 1 n’est pas tout à fait anodin. D’autant que Sébastien Rauch puise ses origines dans un département voisin, les Vosges, où la conception, la fabrication et la restauration de meubles restent un art majeur. Pas sûr qu’il ait lui-même très tôt envisagé ce parcours. « À 18 ans, je voulais être instit. J’ai fait par la suite un DUT de communication, puis j’ai été pion, je ne foutais pas grand chose à cette époque. Ensuite, j’ai été manutentionnaire et pendant quatre ans, j’ai vidé les camions ». Son goût de la liberté, son sens créatif et son amour du bois se liguent pour le mener sur une autre voie, celle de l’artisanat d’art. Son côté pinailleur et précis, « maniaque et pointilleux » dit-il lui-même, font le reste pour le propulser dans le cercle restreint des ébénistes d’art et restaurateur de meubles anciens. Son goût de la liberté, son sens créatif et son amour du bois se liguent pour le mener sur une autre voie…Très bricoleur par nature – ce qui est une bonne base en la matière – il part à Metz pour décrocher son CAP d’ébéniste. Suivent trois années de formation dont une partie chez un maître de stage nancéien spécialiste du XVIIIe siècle : « cela m’a permis de rencontrer tous les antiquaires de la région ». La suite se déroule dans son garage, avant d’acquérir un très chouette et émouvant atelier du vieux-Nancy, à deux pas du Palais des ducs de Lorraine et de la porte de la Craffe. « Aujourd’hui, mon activité marche bien, avec bien sûr des horaires de dingue ». Le prix d’une indépendance qu’il chérit, et qu’il connaît par cœur, par tradition familiale. Ses parents étaient commerçants dans les Vosges. Ils tenaient une enseigne des fameuses graines d’élite de Lucien Clause et son grand-père fabriquait de la bière à Baccarat. « Ma clientèle est très variée. Il y a les passionnés qui rachètent. Il y a ceux qui veulent réparer pour offrir à leurs enfants, avec un côté sentimental. Je me souviens de cet homme qui m’amena un jour le bureau américain, fin du XIXe, de son père. Quand il l’a redonné à son père, celui-ci pleurait. Il est très fréquent que les gens soient émus quand un meuble est restauré. De mon côté, je m’éclate quand je vois arriver un meuble dans mon atelier, j’ai hâte de voir la tête qu’il aura. Je vois ainsi passer chez moi beaucoup de meubles de famille, dont quelques grandes familles de Nancy. »Il ne se prive pas de rappeler qu’un seul meuble peut parfois prendre des semaines de travail.. Autre facette de son activité, il achète, restaure et vend toutes les époques, y compris le contemporain, de 1950 à nos jours. Ainsi retravaille-t-il des œuvres de designers connus, tels Eames et Prouvé : « J’ai déjà bossé sur trois maisons Prouvé, dont un exemplaire unique et un autre dont il n’existe que trois exemplaires dans le monde ». Côté tarifs, le bonhomme n’est pas adepte du coup de bambou mais il ne se prive pas de rappeler, ce que beaucoup ignorent, qu’un seul meuble peut parfois prendre des semaines de travail : « J’ai la chance d’avoir un métier qui est en même temps une passion. Je fais ce qu’il me plaît ». Un métier qui le ramène aussi parfois à sa première ambition professionnelle, celle d’enseigner, car il ne peut naviguer dans cet univers de l’ébénisterie d’art sans apprendre et transmettre ce que les phénomènes de mode réservent au monde du meuble. Si le style XVIIIe est aujourd’hui en panne, et les années 50 en plein boom, Sébastien Rauch conseille de tout conserver (à condition d’avoir de la place, ou des amis qui ont de la place !). La mode, c’est comme le reste, ça va, ça vient. 

www.facebook.com/Sébastien-Rauch-Ébéniste-Restaurateur

1L’ébéniste et décorateur Louis Majorelle fut un des grands acteurs du mouvement Art nouveau de l’École de Nancy. À visiter notamment, à Nancy, l’exceptionnelle Villa Majorelle. Contact et inscription : servicedespublics-musee@mairie-nancy.fr