(©DR)
Hasard du calendrier, alors que les policiers étaient dans la rue, à Metz, pour manifester leur mécontentement, la Ville de Woippy accueillait le premier salon de la sécurité dédié aux forces de police.

Secuvipol comme SÉcurité VIlle POLice, c’est le nom du salon qui s’est tenu le 28 octobre à Woippy, à l’initiative de François Grosdidier, Sénateur-Maire de Woippy. 35 exposants, tous professionnels de la sécurité y ont présenté leurs solutions et innovations en matière de sécurité, aux professionnels de la sécurité dans les villes, aux élus, fonctionnaires et acteurs concernés (le salon n’était pas ouvert au grand public) de tout le Grand Est et au-delà. L’occasion de faire le plein d’informations sur la vidéo protection, les drones, les véhicules, les armes non létales, les gilets pare-balle… Autant d’outils et de technologies qui intéressent les forces de police municipales d’aujourd’hui qui doivent composer avec de nouvelles formes d’insécurité. « Les techniques de la délinquance évoluent, les techniques de police doivent évoluer », résume François Grosdidier.

L’opportunité, aussi, de s’informer et d’échanger sur le rôle des communes et de l’État « coproducteurs de la tranquillité publique » pour reprendre l’intitulé de l’intervention de l’ancien ministre de la Justice, Dominique Perben, qui a également inauguré le rendez-vous. Et n’a pas manqué de dénoncer l’affaiblissement des institutions, sur le plan sécuritaire et l’urgence qu’il y a à restaurer un État fort. Des propos qui n’ont rien de surprenants, Dominique Perben étant « le premier inspirateur et rédacteur du travail collectif et approfondi du projet d’État Fort d’Alain Juppé », comme le rappelle François Grosdidier sur son compte Facebook. Des conférences, plus techniques, ont également rythmé le salon tout au long de l’après-midi. Compte tenu de l’intérêt rencontré lors de cette première édition, et de la satisfaction des exposants, Secuvipol sera très certainement reconduit.