Annegret Kramp-Karrenbauer (CDU) et Heiko Maas (SPD) : c’est à des milliers de kilomètres de Sarrebruck que risque bien de se jouer l’avenir politique de deux ministres fédéraux sarrois.

Ils sont en pole position sur les listes de leurs partis respectifs pour les élections législatives et ont donc une place assurée au prochain Bundestag. Et pourtant la fin de campagne d’ici le 26 septembre s’annonce très compliquée aussi bien pour le socio-démocrate Heiko Maas que pour la conservatrice Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK). En effet, du fait de leurs fonctions en tant que Ministre des Affaires Etrangères (Maas) et Ministre de la Défense (AKK), ils sont tenus pour responsable du fiasco de l’évacuation allemande en Afghanistan. Avec les Etats-Unis, l’Allemagne était l’une des puissances occidentales les plus présentes sur le territoire et ce pendant 12 ans au cours desquels des soldats allemands ont perdu la vie. Même si contrairement aux forces américaines, aucun militaire ou civil allemand n’a pour l’instant été blessé pendant les opérations d’évacuation, il reste encore des ressortissants qui n’ont pas pu être emmenés hors du pays. Pire encore, dans la précipitation seule une minorité d’Afghans qui ont aidé l’armée, les médias ou les organisations humanitaires allemandes ont pu embarquer ainsi que leurs familles dans les vols en direction de l’Usbékistan avant d’être redirigés vers l’Allemagne. Et si leurs deux ministères se renvoient la balle de ce fiasco logistique et humain, de plus en plus de voix s’élèvent pour demander une commission d’enquête pour savoir qui de Maas ou Kramp-Karrenbauer a fait preuve d’un manque d’anticipation ou même si les évacuations d’Afghans auraient été sciemment retardées. L’un et l’autre ont déjà annoncé vouloir tirer des conséquences personnelles du déroulement de ces opérations, reste à savoir dans quelle mesure. Une chose semble certaine, après cette débâcle et quelle que soit la coalition qui dirigera le pays après le 26 septembre, ces deux Sarrois ont déjà perdu leur place au gouvernement fédéral.