L’archange du chaos est un thriller captivant. Dominique Sylvain y laisse de côté ses personnages que l’on connaît si bien pour nous plonger dans un univers sombre et mystique. Paru chez Viviane Hamy.

L-archange-du-chaos (©DR)On n’attend pas une vingtaine de pages pour que l’intrigue démarre réellement ou se plonger dans l’atmosphère du roman. Le ton est donné d’emblée. Victoire Pélissier, une urgentiste est enlevée, torturée et assassinée. Le meurtrier semble se prendre pour un justicier divin. Il ne commet pas d’erreur et ne laisse aucune trace derrière lui. Pire : il anticipe les mouvements de la police. L’équipe du Commandant Carat est chargée de l’enquête mais le groupe est bancal, plus vraiment soudé depuis la mise à pied de Colin Mansour, ami d’enfance de Carat, pour alcoolisme. Mansour ne digérera jamais cette trahison. Franka Kehlmann, la nouvelle, nièce de la divisionnaire, a du mal à trouver sa place. Elle fera pourtant ses preuves grâce à son tempérament et à l’amitié de Bastien Carat, flic (et homme) à l’ancienne. L’un comme l’autre traînent de lourdes casseroles mais le duo fonctionne bien. Grâce au frère et au père de Franka qui participe bien malgré elle à l’enquête, les policiers progressent. Ces meurtres sauvages seraient des ordalies, des épreuves destinées à prouver l’innocence ou la culpabilité des accusés. Mais quels crimes auraient bien pu commettre une urgentiste, une journaliste et un comptable ? Et l’assassin est tellement sûr de lui qu’il n’hésite pas à s’en prendre aux policiers. L’enquête ne laisse aucun répit au lecteur jusqu’au dénouement tragique du dernier chapitre. Avec L’archange du chaos, l’auteure thionvilloise revient au bon vieux thriller haletant et efficace. Elle nous balade de fausses pistes en vrais indices avec une nouvelle galerie de personnages tout aussi attachants que ceux que l’on connaît déjà.