L’Orchestre national de Lorraine fêtera cette saison ses quatre décennies d’existence en prolongeant la thématique de l’année précédente : « musiques de scène, musiques pour la scène ». Avec le chiffre 40 en embuscade.
Patricia-Petibon-(©Bernard-Martinez)

Le 15 janvier 2016, la soprano Patricia Petibon sera la Divine diva de L’Orchestre national de Lorraine (©Bernard Martinez)

Pas de middle-age crisis pour l’Orchestre national de Lorraine, jeune orchestre de 40 ans qui affichera fièrement son âge au fil de la saison : la Quarantième symphonie de Mozart, la Quatrième de Mahler, écrite à 40 ans, ou encore le concert Opus 40 constitueront autant de clins d’œil célébrant cet anniversaire.

Le 15 janvier, Divine diva, avec la soprano Patricia Petibon, offrira au public quelques airs de zarzuela, genre théâtral lyrique né en Espagne où « tout se joue sur les contrastes entre joie et mélancolie, ce «  Tout se joue sur les contrastes entre joie et mélancolie, entre fantaisie et maturité ».qui définit bien Patricia Petibon, qui évolue entre fantaisie et maturité » commente Jacques Mercier, chef d’orchestre et directeur musical. Le 12 février, c’est sous la direction de Bertrand de Billy que sera joué Le prix de la liberté, « un programme très germanique, une culture intégrée de Billy, installé à Vienne et qui y est devenu une référence » note Jacques Mercier. Indépendance farouche et opposition à la tyrannie seront au programme, avec Egmont de Beethoven et la tourmentée et fougueuse Symphonie n°4 de Johannes Brahms, tandis que le 23 avril, Opus 40 magnifiera le thème du héros avec Ein Heldenleben de Richard Strauss. Le 24 juin sera l’occasion pour l’ONL de s’exclamer « 40 ans ! » lors d’un concert-anniversaire sur les Nocturnes de Debussy ainsi que Shéhérazade et Daphnis et Chloé de Ravel. « Ces œuvres de la musique française du début du XXème siècle font partie de l’identité de l’ONL, explique Jacques Mercier. Nous sommes les héritiers d’une tradition également marquée par l’idée de transmission : c’est sur ces valeurs que s’est bâti l’ONL, entre proximité et capacité d’échanges. Ce concert de clôture, qui sera également donné à Sarrebruck, montre bien ce que nous sommes ».

À l’Arsenal de Metz
www.orchestrenational-lorraine.fr