Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à Nancy, on ne badine pas avec Saint-Nicolas ! Pas moins de cinq semaines de concerts, d’expositions, d’événements sportifs, d’animations et de spectacles qui inviteront tous les publics à fêter le Saint Patron.  Le week-end du 4 au 6 décembre fera figure d’apothéose, avec des spectacles déambulatoires, dont le traditionnel défilé.

Mobilisation générale : Saint-Nicolas prépare son arrivée à Nancy, et toute la ville s’apprête à accueillir dignement cette figure adorée des Lorrains. Dès la fin du mois de novembre et jusqu’à début janvier, sa présence planera sur les rues de la ville plusieurs semaines après son grand défilé, qui se déroulera lors d’un week-end où les festivités se multiplieront. Les musées sont mobilisés afin de vous mener sur les traces du grand barbu, tandis que des villages associant artisans, commerçants et artistes investiront les places nancéiennes. Même le monde sportif se met au diapason, entre grands rendez-vous et animations. Durant cette période s’élèvera un sapin place Stanislas, dont l’illumination aura lieu le 12 décembre. Pour dénicher des cadeaux uniques, Le P’tit Bazart, agitateur de culture, réunira les 12 et 13 décembre au site Alstom plus de 150 artistes, et les artisans donneront rendez-vous pour Gare à l’art à Nancy Thermal le week-end suivant. Quelque 40 compagnies pour trois journées hors de la réalité, entre tradition et imaginaireLe week-end du 4 au 6 décembre, dont la programmation a été pensée pour ne pas entrer en conflit avec les élections régionales, constituera le temps fort des festivités. Quelque quarante compagnies uniront leurs forces pour émerveiller les visiteurs de tous âges pendant ces trois journées à vivre hors de la réalité, entre tradition et imaginaire. On commence doucement le vendredi en fin de journée, avec cinq spectacles déambulatoires à croiser en flânant entre les villages. Le soir, premier grand moment de ces Fêtes de Saint-Nicolas, avec un spectacle pyrotechnique et visuel places Stanislas et Charles de Gaulle aux côtés du Kolektif Alambik et des artificiers de Jacques Couturier Organisation. Le village de Saint Nicolas place Charles III jouera les prolongations en s’ouvrant en nocturne jusqu’à 23h.
La journée de samedi nous fera vibrer jusqu’au bout de la nuit. Huit spectacles menés par cinq compagnies entre Saint-Epvre, la place Stanislas et la rue Charles III transformeront la ville en un univers dédié à la rêverie, en attendant l’arrivée de Saint-Nicolas. À 19h, rendez-vous place Carnot : il est bien là, encadré par 27 chars, marionnettes géantes, machines loufoques et ensembles musicaux, sur des thèmes inspirés par les voyages de Jules Verne ou George Méliès. Sous une pluie de bonbons, le défilé nous mènera place Stanislas pour être accueillis par l’inénarrable Calixte de Nigremont, pour un grand concert émaillé de surprises lumineuses, explosives et visuelles… puis la fête se poursuivra en musique à travers toute la ville.
De nouveaux spectacles déambulatoires seront à découvrir dimanche. Pendant les deux journées du week-end, vous pourrez embarquer dans « Le Petit train de la Saint-Nicolas », un voyage mouvementé avec la compagnie Crache texte, ou à bord d’un bus pour mener « La petite enquête ». Tous les musées de la ville seront en ébullition : les visites guidées et contées, les animations et les ateliers se multiplieront pendant le week-end. Au Caméo Saint-Sébastien, à la MJC Lillebonne, à la Factorine ou encore au Théâtre du LEM et dans de nombreux autres lieux à Nancy, les esthétiques se croisent, se déclinent, l’histoire rencontre la fête, les artisans s’exposent au Palais du gouvernement, aux côtés des musiciens et des plasticiens… pour que chacun ait droit à son petit morceau de légende.

Du 27 novembre au 9 janvier, partout à Nancy.
www.saint-nicolas.nancy.fr


3 QUESTIONS À… LAURENT HÉNART Maire de Nancy

LAURENT HENART (©DR)

(©DR)

Qu’est-ce qui a motivé le choix de développer ainsi les festivités de la Saint-Nicolas, sur cinq semaines, avec une programmation largement étoffée par rapport aux éditions précédentes ?

Saint-Nicolas représente un élément important du patrimoine lorrain et nancéien : organiser un grand événement culturel à partager en famille, apporter du bien-être, rappeler des valeurs de solidarité face à l’isolement correspond à l’identité d’une ville où les artistes ont toujours été très présents.

Y a-t-il le souhait de rivaliser avec certains événements hivernaux emblématiques de la Grande région, comme les marchés de Noël ?

Nancy est une ville qui a des atouts : ses artistes donc, mais aussi ses commerçants, ses associations, ses restaurateurs et hôteliers… notre principale force restant l’authenticité. Je crois que Nancy peut marquer les esprits pendant la période hivernale, traditionnellement festive et familiale. Un quart des visiteurs des Fêtes de Saint-Nicolas ne sont pas lorrains : nous souhaitons ouvrir encore plus cet événement vers l’extérieur.

Quelles conditions faut-il rassembler pour faire entrer les Fêtes de Saint-Nicolas sur la Liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO ?

Montrer l’importance de la Saint-Nicolas dans l’histoire locale lorraine mais aussi alsacienne, champenoise, allemande… le pèlerinage à Saint-Nicolas de Port par exemple est un événement très fédérateur. Il nous faut aussi monter en puissance en termes de programmation tout en mettant en valeur la tradition.