Après les chats qui mangent des morts et les fans de tueurs en série de Murderabilia, l’espagnol Alvaro Ortiz poursuit son exploration des arcanes du fétichisme avec Rituels, qui multiplie les points de vue autour de mystérieuses statuettes qui semblent semer la mort partout où elle passent. Autour du fil rouge d’un étudiant en arts intrigué par l’appartement voisin du sien, constamment fermé, l’auteur, dont le trait mignon et les douces couleurs tranchent avec la violence qu’il met parfois en scène, s’amuse visiblement avec cette mythologie improbable et absurde rappelant une bonne série B. Et nous aussi.