© Droits réservés

Blottie dans la baie de Faxaflói, la plus petite des capitales européennes se montre très chaleureuse sous ses dehors de ville du nord. Entre tradition et modernité, Reykjavik la dynamique fera fondre le touriste en quête d’authenticité et de convivialité. Un mélange de feu et de glace dans un décor magique.

À peine 130 000 habitants sur une superficie près de trois fois supérieure à celle de Paris (274 km2). Bienvenue à Reykjavik, étape incontournable pour les randonneurs, qui aiment venir s’y ressourcer avant de poursuivre leur périple dans des paysages grandioses. On les comprend ! La ville natale de la chanteuse Björk, fondée en 1786, a beau être désignée comme la plus petite des capitales européennes, elle n’en demeure pas moins attractive. Les touristes sont nombreux à venir goûter aux charmes de cette cité septentrionale voguant entre tradition et modernité, où les espaces verts occupent 23 % du territoire. À l’image de son jardin botanique, un écrin de quelque 3 hectares où s’épanouissent 5 000 espèces végétales, dont quelques plantes exotiques.

Intra-muros, deux jambes suffisent pour bien profiter de l’endroit, en particulier  le centre-ville historique, qui s’étire du vieux port au petit lac de Tjörnin, où les maisons pittoresques captent les pupilles avec leurs couleurs vives. Ceux qui aiment les musées seront ravis, car il y en a beaucoup. Culturellement, Reykjavik assure. Les amateurs d’histoire pourront par exemple remonter le temps au Musée de la ferme d’Árbær, où un ancien village reconstitué raconte le quotidien des habitants d’antan. Ou encore pousser les portes du Musée maritime, pour mieux comprendre l’importance de la pêche et son développement dans la société islandaise. Les fêtards et autres noctambules, en particulier les accros à la musique, ne sauront pas en reste dans cette capitale accueillant de nombreux festivals depuis les années 2 000. Un des plus courus, le déjanté Sónar Reykjavík, a lieu chaque année au mois de février à l’Harpa, une salle de spectacle inaugurée en 2011 qui vaut à elle seule le déplacement avec son impressionnante façade, composée de plus de 10 000 vitres ! Au chapitre des choses à visiter, il faut aussi mentionner l’Althing, un des plus vieux parlements du Vieux Continent (930), et bien sûr la monumentale église Hallgrimskirkja, un monument voué au culte luthérien qui fut longtemps le plus haut bâtiment d’Islande (près de 75 mètres) et dont le clocher, accessible au public, offre une vue imprenable sur la ville et ses environs. Un des emblèmes de Reykjavik, au même titre que le très photographié Sólfar, une œuvre signée de l’artiste islandais Jón Gunnar Árnason. La Maison Hofdi, une élégante bâtisse datant de 1909, occupe également une place importante dans le patrimoine historique local. L’ancienne demeure du consulat français a vu défiler quelques personnalités parmi lesquelles la reine d’Angleterre, Winston Churchill et Marlene Dietrich. Ville culturelle et patrimoniale, Reykjavik est aussi une ville jeune, offrant une belle gamme d’activités pour sortir, manger ou boire un verre. Pour faire connaissance avec la gastronomie du cru, on pourra par exemple s’arrêter au Café Loki, autant apprécié pour ses plats typiques et copieux que son addition raisonnable. N’oublions pas une autre spécialité dans cette partie du globe où la nuit et le jour s’éternisent parfois au gré des saisons : les aurores boréales. À déguster avec les yeux entre septembre et avril. Des excursions sont d’ailleurs possibles au départ de Reykjavik pour passer à table. Plaisir garanti.


Baleines, randos et lagon bleu…

© DR

 

Les amoureux de nature seront servis au pays de glace et de feu. Voici 3 destinations parmi d’autres à ne pas manquer :

Húsavík : cette petite ville du nord de l’Islande est considérée comme la capitale européenne de l’observation des baleines. Les touristes sont nombreux à converger vers la baie de Skjálfandi. Onze variétés de cétacés peuvent être observés sur ce site où prolifère le plancton en été. A voir aussi : un musée de la baleine qui vous dira tout sur le mode de vie de cet animal fascinant, avec d’impressionnants squelettes à découvrir !

Landmannalaugar : ça, c’est pour les randonneurs. Cette zone montagneuse leur en mettra plein la vue avec ses volcans, ses lacs et ses dégradés de couleurs enchanteurs. Plusieurs parcours de quelques heures permettent de savourer ce paysage de carte postale. C’est aussi dans cette région d’exception que l’on peut prendre part à un trek mythique : le Laugavegur, la « route des sources chaudes ». Avis aux amateurs !

Blue Lagoon : difficile de passer à côté de ce site cerné de terre volcanique, réputé pour ses eaux chaudes d’un bleu laiteux, dont les vertus sont reconnues pour soigner les problèmes de peau. Située dans le sud-est de l’Islande, plus précisément la péninsule de Reykjanes, cette station thermale réputée est construite autour d’un lac artificiel, creusé en 1976. Pour faire face à l’afflux touristique, le Blue Lagoon a subi d’importants travaux d’extension en 2008, en particulier son hôtel et son restaurant.