Sur OCS Saison 1 à 3

Deux ans après sa dernière saison, Search Party est enfin de retour : le club des quatre, composé par les jeunes new-yorkais Dory, Drew, Portia et Elliott, reprend du service. Un croisement unique entre thriller et comédie. Ou comment se moquer avec finesse et beaucoup d’autodérision de la génération Y.

Chantal a disparu. Et cela laisse Dory perplexe. À tel point que la jeune femme n’hésite pas à jouer les Nancy Drew pour retrouver la trace de celle qui s’est mystérieusement volatilisée. Mais revenons un peu en arrière. Dory Sief est une jeune new-yorkaise dans la vingtaine, un peu effacée et pour le moins perdue quant au sens à donner à sa vie. Elle vit avec Drew, son petit-ami de longue date, et on se demande si c’est encore par amour ou bien plutôt par habitude que ces derniers sont encore ensemble. Deux jeunes gens viennent compléter le quatuor : Portia, une actrice débutante, enjouée et sémillante, et Elliott, hipster gay qui s’autodéfinit comme narcissique. Le ton est donné. Leur quotidien collectif est composé de brunchs où ils commèrent et comparent leur vie, de cours de yoga au cœur de Brooklyn, et de soirées-réseautage sur les toits de New-York. Un jour, Dory tombe par hasard sur une affiche collée sur un lampadaire : « Portée disparue : Chantal Witherbottom ». La jeune femme ne connaît pas spécialement Chantal, mais elle se souvient avoir été avec elle à l’université. Quand un soir elle croit reconnaître, assise à la table d’un restaurant chinois, habillée d’un sweat à capuche délavé, celle que tout le monde pense perdue (voire décédée), Dory n’a plus qu’une idée en tête : retrouver Chantal. Ses amis, qui font d’abord mine de ne pas comprendre sa nouvelle obsession, ne tardent pas à la rejoindre dans son investigation. Dory est la meneuse d’un groupe d’enquêteurs fortuits qui finissent par se prendre au jeu, histoire de sortir de leur routine pesante et de combler un vide dans leur existence. Satire des millenials, la série se gausse gentiment de ses personnages et de leur petit côté je-sais-tout auquel se mêlent un enthousiasme profond pour des sujets que d’aucun jugerait superficiels et un désabusement plus généralisé. Peu à peu, cependant, le show sombre dans une ambiance bien plus noire et inquiétante avec au menu, meurtres et autres joyeusetés du même genre.