LES FOLLES JOURNÉES DU VÉLO À ÉPINAL LES 19 & 20 SEPTEMBRE 2015 

Épinal développe une véritable stratégie en faveur du vélo afin d’encourager les déplacements verts des Spinaliens. Mais l’ambition de la commune vosgienne est également de séduire les cyclotouristes et les touristes amateurs de la petite reine. Plus de 1 400 kilomètres de pistes ont été aménagées. Un terrain de jeu grandiose qui séduit, comme l’explique Christine Tavernier, directrice de l’Office de Tourisme d’Épinal.
Christine-Tavernier-Elisabeth-del-Génini-©-JF-Hamard

Christine Tavernier, directrice de l’Office de Tourisme d’Épinal et sa présidente Elisabeth del Génini jouent les cyclotouristes (Photo : JF Hamard)

Épinal et le vélo. À quand remonte cette histoire… d’amour ?

Épinal a toujours été une ville sportive. Promouvoir le vélo fait effectivement partie de nos priorités depuis quelques années déjà. L’ambition d’Épinal est de promouvoir la mobilité douce et il est certain qu’en la matière le vélo a toute sa place. Pour ce faire, nous nous attachons à développer des infrastructures pertinentes comme les aires de stationnement dédiés –les accroches-vélos-, les points de locations et, bien entendu, les pistes et les circuits cyclables. Nous nous adressons tout au autant aux spinaliens afin de favoriser les déplacements écologiques, pour se rendre à leur travail ou tout simplement se déplacer dans la ville, qu’aux touristes. Pour les amateurs de la petite reine, Épinal et ses alentours offrent un environnement de premier choix. Nous ne disposons pas de statistiques précises sur le nombre de cyclistes que nous accueillons, chaque année, mais il suffit de se balader en ville et dans la campagne environnante pour constater qu’ils sont de plus en plus nombreux.

À quoi ressemble ce terrain de jeu ?

La commune et ses alentours font aujourd’hui partie des sites les plus fréquentés par les cyclistes, en France. L’offre s’adresse aux vététistes comme aux cyclotouristes, petits et grands. En ce qui concerne le VTT, plus de 1 400 kilomètres de pistes balisées et labellisées FFC (Fédération Française de Cyclisme) sont disponibles. Cela se traduit par une centaine de parcours à travers les forêts et les plaines, de quoi satisfaire les débutants comme les vététistes les plus confirmés. Comme les pistes de skis, ces parcours sont classés selon leurs difficultés, du vert au noir. Il convient en la matière de rappeler que Julien Absalon (multiple champion du monde et médaillé olympique en VTT cross-country…), s’entraîne au cœur des Vosges. Depuis cette année, Épinal dispose également de deux pistes de 700 m dédiées à la descente et au « freeride ». En ce qui concerne le cyclotourisme, 13 circuits, d’une trentaine à plus d’une centaine de kilomètres sont accessibles. Ces circuits, balisés et sécurisés, permettent de faire le plein de nature mais de découvrir aussi les richesses gastronomiques, culturelles et patrimoniales de notre territoire.

Un cyclotouriste passe beaucoup de temps sur son vélo. Mais il peut aussi apprécier les bonnes tables et vouloir passer la nuit dans un hôtel confortable. Est-ce des attentes auxquelles vous répondez également ?

]Bien entendu et nous y répondons de différentes façons. Tout d’abord, nous avons élaboré différentes brochures téléchargeables en ligne qui permettent à chacun de se concocter un séjour personnalisé, ces brochures sont de véritables road-books. Mais nous allons encore plus loin en la matière. Création d’un label « vélo friendly » pour les restaurateurs et les hôteliersLes cyclotouristes qui le souhaitent peuvent solliciter l’Office de Tourisme qui leur construira un séjour sur-mesure, compte tenu de leurs attentes, de leurs envies et de leur budget. Nous pouvons leur réserver des hôtels, des restaurants, des visites de sites historiques… Dans un registre différent, nous nous sommes également rapprochés des professionnels de l’hôtellerie-restauration afin de les sensibiliser aux besoins des cyclotouristes : besoin d’un local sécurisé pour garer les vélos, d’un endroit pour nettoyer une combinaison ou bien encore d’une petite station pour gonfler un pneu ou effectuer une petite réparation. Force est d’avouer que les professionnels sont très réceptifs et ils sont de plus en plus nombreux à s’équiper en conséquence.

Quels sont vos projets ?

Comme je l’indiquais à l’instant, l’une des priorités est de parfaire l’accueil des cyclotouristes. Cela se concrétise par une amélioration permanente des infrastructures. La création d’un label « vélo friendly » pour les restaurateurs et les hôteliers qui soignent l’accueil des cyclistes est également à l’étude. Dans un autre registre, nous allons également renforcer nos actions de promotion de notre offre « vélo » dans les salons dédiés, notamment en direction de la clientèle belge et néerlandaise. La promotion passe également par l’organisation de grandes fêtes sportives, conviviales et familiales dédiées au vélo comme « Les folles journées du vélo », en septembre.