(© Mensuel L’Estrade)
La liste Républicains-UDI-Modem et celle du Front National pourraient se retrouver au coude à coude, à l’issue du premier tour des élections régionales de décembre prochain. La liste PS de Jean-Pierre Masseret serait à la peine.

L’institut de sondage BVA, en collaboration avec la Presse Régionale, a réalisé une enquête du 6 au 15 octobre dernier, via internet, dans l’optique des prochaines élections régionales. Un échantillon de 1 359 personnes, représentatif de la population de la région, a été interrogé en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Tout semble indiquer que cette nouvelle région qui compte pour l’heure deux régions à gauche et une à droite (L’Alsace) basculera à droite lors des prochaines élections régionales. « Si comme au niveau national, 28% des habitants de la région souhaitent en premier lieu une victoire de la droite lors de ces élections, ils sont 25% à espérer une victoire du Front national, soit 7 points de plus que la moyenne nationale (19%) », souligne BVA. Seuls 23% des résidents de l’« Acal » souhaitent une victoire de la gauche. Autre enseignement. Au premier tour, la liste des Républicains-UDI-Modem conduite par Philippe Richert (notre photo) est créditée de 31% des voix, soit 1 point de plus que la liste Front National menée par Florian Philippot (30%). Il convient néanmoins de souligner que la marge d’erreur sur ce sondage est de l’ordre de 2,5%. Comprendre que le FN pourrait virer en tête. Jean-Pierre Masseret, qui mène la liste PS est loin derrière avec 19%. Le Front de Gauche est crédité de 7% et la liste Europe Ecologie-Les Verts de 6% et cela alors que les questions environnementales font partie des priorités évoquées par les sondés. C’est donc, toujours d’après ce sondage, vers une triangulaire que l’on s’oriente au second tour. La liste conduite par Richert devrait alors tirer son épingle du jeu avec 37% des voix, devant celle de Philippot 33% puis celle de Masseret à 30% qui bénéficie d’un réservoir de voix « théoriquement » plus important que ses adversaires. À noter qu’un tiers des sondés n’a pas annoncé d’intention de vote et que seul un électeur sur deux se déclare intéressé par ces élections. Voilà de quoi bouleverser la donne, tout comme les listes, qui évoluent encore. Tous les détails de cette enquête nationale sont disponibles en ligne sur le site de bva (bva.fr).