Magistrale conclusion au diptyque entamé par Manu Larcenet d’après le roman éponyme de Philippe Claudel. Chargé de rédiger un rapport complaisant après l’assassinat d’un étranger original dans son village reculé, Brodeck le garde-champêtre, rescapé des camps de concentration, était convaincu de la noirceur du cœur de ses tortionnaires. Il va découvrir qu’elle se niche aussi dans ceux des membres de sa communauté. Noirs et blancs sauvages instaurant au creux des pages tantôt une densité écrasante, tantôt un vide angoissant, Le Rapport de Brodeck confirme que le talent de Manu Larcenet est à son sommet.