viva-eisenstein-(©DR)Le dernier film de Peter Greenaway (Meurtre dans un jardin anglais), Que Viva Eisenstein !, revient sur la passion qui a uni le cinéaste soviétique, dont il est question ici, à son guide mexicain lors d’un séjour en Amérique centrale qui marquera son cinéma et son existence. La fiction, qui devait être au départ un documentaire (des images d’archives ont d’ailleurs été intégrées à ce biopic), nous ramène à l’automne 1931, alors que le génie bolchévique était censé tourner Que Viva Mexico ! Le long-métrage ne verra finalement jamais le jour, en raison notamment d’une post-production chaotique. Que Viva Eisenstein  ! est aussi une déclaration d’amour du réalisateur britannique à cet homologue venu de l’Est sur lequel il est intarissable, au point d’être considéré comme un spécialiste. Pas sûr en tout cas que cette production présentée au dernier festival de Berlin soit du goût des Russes, dans un pays qui a adopté des mesures anti-gays.