Qu'Allah bénisse la France

Qu’Allah bénisse la France

Slameur, écrivain, compositeur…et désormais réalisateur. Avec son premier film, Qu’Allah bénisse la France, Abd Al Malik prouve qu’il a plus d’une corde à son arc. Cette chronique sociale et personnelle a été tournée dans le quartier sensible du Neuhof, à Strasbourg, où l’artiste a grandi. C’est d’ailleurs “ sa “ cité qu’il déploie sur grand écran, en nous faisant suivre le parcours de Régis, un enfant d’immigrés, noir, surdoué, élevé par sa mère catholique avec ses deux frères, qui découvrira l’amour et trouvera sa voie, entre délinquance, rap et Islam. Le cinéaste néophyte n’a pas caché avoir été influencé par le film La Haine, de Mathieu Kassovitz, dont il reprend en quelque sorte le flambeau, en livrant une vision de sa banlieue expurgée des clichés et autres stéréotypes. S’il donne à voir la misère sociale et la violence, Abd Al Malik veut aussi porter un message d’espoir et combattre la bêtise dans ce long-métrage rythmé notamment par la musique de son frère et de l’électro Laurent Garnier.