L’ÂME EXPLOSÉE

Plongé dix jours dans le coma, puis soumis à de violentes crises, l’auteur Matthieu Blanchin tente de traduire avec Quand vous pensiez que j’étais mort, chez Futuropolis, une expérience hors du commun dans un album qui ne l’est pas moins.

Mathieu Blanchin (© DR)Il aura fallu plus de dix années au dessinateur du Val des ânes et de la trilogie Martha Jane Cannary pour accoucher de cet album, sous-titré Mon quotidien dans le coma : cent soixante douze planches que l’on prend en pleine figure, en plein cœur et qui remue bien des choses dans notre conception du corps et de l’esprit humain.

Le jour des deux ans de sa fille Jeanne, Matthieu Blanchin est pris de violents maux de tête, avant de plonger dans le coma. Son réveil dix jours plus tard, après avoir subi une trépanation, ne sera qu’une étape d’une longue rééducation où ses perceptions et son corps seront sans cesse mis à l’épreuve. Incapable de dessiner, il commence, sur les conseils d’un thérapeute, à coucher sur papier le récit de ses visions. La mise en images de ces épisodes totalement baroques et frénétiques constitue l’essentiel de l’éprouvante première partie de l’album. Nous suivons ensuite l’auteur sur les traces de sa réadaptation au quotidien et à la réalité, qui impliquera pour lui, au-delà de l’aspect médical, une exploration de son subconscient et un cheminement personnel afin de découvrir l’origine du mal et de reprendre les rênes de la vie. Pour retranscrire idéalement ces expériences sensorielles et émotionnelles, le trait se fait forcément lourd, étouffant, farouche.

Extrêmement dense mais tout simplement fascinant, le nouvel album de Matthieu Blanchin constitue un choc. Au cœur des dérives du système hospitalier, à la découverte des médecines parallèles, dans les strates les plus sombres et les plus lumineuses de la conscience humaine, on est trimbalé et secoué en tous sens à la suite de l’auteur, embarqué avec lui dans une aventure humaine fabuleuse et terrible à la fois.


KERSTEN, MÉDECIN D’HIMMLER T.1, Perna et Bedouel / Glénat

Kersten (© DR)Le médecin finlandais Felix Kersten devient bien malgré lui l’un des plus proches confidents d’Heinrich Himmler, chef de la SS. Seul capable de soulager les souffrances du Reichsführer, il parvint par son influence à empêcher la déportation du peuple hollandais en Pologne, et sauva quelque 60 000 juifs. L’album débute lors de l’immédiate après-guerre, lorsque Kersten est d’abord soupçonné de collaboration, puis alterne entre cette période et de nombreux flashbacks où le médecin débute un périlleux double-jeu. Un thriller historique haletant, parsemé de face-à-face tendus, qui contribue à réhabiliter un héros discret, oublié de l’Histoire.


UNDERTAKER T.1 : LE MANGEUR D’OR, Meyer et Dorison / Dargaud

Undertaker (© DR)Un croque-mort, marginal gouailleur et mystérieux, des soudards retors, une lady courageuse, un kilo d’or et un vautour apprivoisé : voici les ingrédients de ce western sauvage à l’humour noir comme la suie. Ralph Meyer met en scène avec un style dynamique et maîtrisé l’Ouest des âmes perdues et des anti-héros, servi par un joli travail sur les couleurs et les lumières, et par le scénario classique mais efficace de Xavier Dorison. Le corbillard de Jonas Crow, qui transporte un cadavre rempli d’or, est l’objet de toutes les convoitises dans ce premier tome où le passé de l’Undertaker semble le rattraper à bride abattue.


TRAINS DE LEGENDE : LE TRANSSIBERIEN, David & Lassablière/ Soleil

Transsibérien (© DR)Avis aux amateurs de modélisme ou aux accros de la turbine à vapeur : la collection Trains de légende ne s’attarde pas sur le modèle de la loco ou l’âge du chef de gare, mais plutôt sur les grandes histoires (réelles) et les petites histoires (supposées) qui se sont jouées sur ces rails mythiques. Ici, le Transsibérien n’est qu’un cadre de prestige pour une sombre histoire de couple et d’espionnage au cœur de la guerre froide. Du grand classique de la bande-dessinée d’aventures, servi par un scénario lancé à toute vapeur, tandis que le dessinateur Grégory Lassablière dépeint avec soin la Russie soviétique de 1979.