Hésitant jusqu’à présent à revisiter une mythologie familiale aussi glorieuse que pesante, l’actrice et chanteuse Charlotte Gainsbourg franchit le pas avec son quatrième album Rest. Jusqu’à présent portée par des pygmalions tels que Beck, Air ou Jarvis Cocker, elle s’entoure ici du producteur électro Sebastian, aux manettes de l’album, du Daft punk Guy-Manuel de Homem-Christo, du batteur Vincent Taeger de Poni Hoax ou du multi-instrumentiste Emile Sornin de Forever Pavot.

Charlotte Gainsbourg chante pour la première fois en français, premier signe de cette confrontation avec son héritage. L’album, parcouru de citations, d’accidents de parcours, recèle cette fragilité qui constitue tout le charme et toute la force de son interprète. Très poétique et personnel au niveau des textes, dont les refrains restent en anglais, Rest est vaporeux comme il se doit et délicatement tissé par ses musiciens : le sortilège agit.

Le 25 mars à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette