(© Bohumil Kostohryz)

Provocateur, vivant dans la transgression et le défi permanent aux bonnes mœurs et à Dieu, le personnage de Dom Juan est également le symbole de la violence qu’exerce avec impunité une certaine caste, abritée derrière son argent et ses relations, se complaisant dans l’oisiveté et l’indifférence envers autrui. Ces multiples facettes du libertin, Molière les dévoilait sans imposer de vision unique : une voie dans laquelle s’est engagée la metteur en scène Myriam Muller avec cette adaptation.

Le 7 février à la Salle Poirel à Nancy
www.poirel.nancy.fr