« Pablo n’est pas bien fait, il a le teint verdâtre, le corps petit, la tête énorme. Son anatomie est disproportionnée ; courtes jambes arquées, gros torse, bras trop longs et démesurément musclés que parfois il laisse baller de façon simiesque ». Fruit de l’union contre-nature entre une chenille géante dotée du pouvoir de voler les âmes et un loup noir à l’appétit vorace, Pablo Cuchilla vit dans la jungle, entouré d’animaux qui le respectent car sa tyrannie est proverbiale. Mais un jour, il est arraché à sa jungle natale à cause d’un déluge. Il est alors sauvé par un ferry dont l’équipage a fui Buenos Aires.

Dérivant dans le delta du rio de la Plata, il finit par s’échouer sur une colline de détritus au nom étrangement radieux : « Maravilla ». Jadis envahie par les rats puis par les chats, l’île est devenue le lieu de rencontres improbables où une société tente de se construire, libérée des paramètres et des contraintes habituelles de la réalité.

Dans l’esprit des grands romans de la littérature latino-américaine, cette satire d’une Amérique latine hantée par la dictature est une fable politique. Mais c’est surtout un excellent bouquin servi par une imagination totalement libérée et une langue truculente à souhait. C’est bourré d’humour et de répliques savoureuses ! 

De son vrai nom Sergio Goizauskas, Serguei est un dessinateur de presse franco-argentin. Il collabore au Monde depuis 1982. Auteur de bandes-dessinées et de livres illustrés, il est également pianiste, auteur-interprète et compositeur.

Aux éditions Albin Michel