Avec un style irréprochable et des chorégraphies impeccables, Pose nous ouvre les portes des « ballrooms » des années 80-90 outre-Atlantique. Ryan Murphy nous offre une série intimiste et glamour qui, entre quelques larmes de joie ou de tristesse, nous donne envie de « voguer » sur du Donna Summer.

New-York, 1987. Ronald Reagan est président, Donald Trump fait figure de modèle de réussite absolue, les traders ont le vent en poupe. L’heure est à l’ambition exacerbée et sans scrupules, au luxe assumé et au bling-bling, pour qui appartient au monde des privilégiés. C’est aussi le début de l’épidémie dévastatrice du SIDA. Dans les sous-sols de la ville, drag-queens et personnes transgenres dansent et défilent comme si leur vie en dépendait. Dans ces « ballrooms », des groupes appelés « maisons » entrent en compétition les uns contre les autres. Jugées sur leur attitude, leurs costumes et bien entendu leurs compétences en danse (le fameux « voguing »), ces maisons se battent pour des trophées. À la tête de ces dernières, il y a des « mères ». Car ces clans constituent avant tout des familles alternatives, des espaces d’entraide pour les plus marginalisés, en particulier les jeunes personnes queers, noires et latinos.

C’est au sein de cette contre-culture que Damon Richards trouvera du réconfort et finalement sa place : alors que ces parents ont découvert son homosexualité, le jeune homme a violemment été mis à la porte. Il fait la rencontre de Blanca Rodriguez, une femme trans au grand cœur. Blanca introduit Damon au monde des « ballrooms » qu’elle connaît bien : elle vient tout juste de quitter la maison Abundance, sur laquelle règne d’une main de fer l’implacable Elektra et qui demeure invaincue lors des bals. Mais Blanca est déterminée : elle fonde sa propre maison, Evangelista, et recueille les âmes perdues et délaissées. À Blanca et Damon se joint bientôt Angel, follement éprise de Stan Bowes, jeune cadre marié récemment employé à la Trump Tower. Damon aspire à intégrer une école de danse prestigieuse, et Blanca, qui est prête à tout pour sa famille d’adoption, n’hésitera pas à se battre contre vents et marées pour que son rêve se réalise.

Pose brille en matière de représentation LGBTQ+ : elle est à ce jour la série qui compte le plus grand nombre d’acteurs et d’actrices transgenres, dont MJ Rodriguez, Indya Moore ou encore Dominique Jackson. Elle met à l’honneur avec brio les personnes les plus marginalisées, dont l’existence considérée comme clandestine est sans cesse réprimée. De la joie à la tristesse, en passant par la rage et le combat, la série prend soin de montrer à quel point ces vies sont riches et méritent d’être racontées.

Retrouvez la série Pose sur Canal + séries www.canalplus.com